Explosions sur un tanker iranien, les prix du pétrole grimpent

Le tanker (pas celui-ci) a pris feu à environ 100 km des côtes saoudiennes. ©AFP

Un tanker iranien a été touché par ce qui semble être des frappes de missile, près du port saoudien de Jeddah.

Un tanker iranien a été touché par des explosions qui seraient peut-être dues à deux frappes de missile. Cela s'est passé ce vendredi en mer Rouge, à une centaine de kilomètres du port saoudien de Jeddah, causant une fuite de pétrole, a annoncé son propriétaire, la National Iranian Tanker Company (NITC), opérateur administrant la flotte de navires pétroliers de l'Iran. Il a déclaré que "deux explosions" ayant touché la coque du navire. Des frappes de missiles sont évoquées, sans certitude.

Dans la foulée de cette annonce, les prix du pétrole sont partis à la hausse: le Brent gagnait plus de 2%. À New York, le baril américain de WTI pour novembre prenait aussi 2%. Ils se sont ensuite calmés.

Les prix sont revenus à leurs niveaux de fin septembre en raison de cette nouvelle, puisque les investisseurs sont inquiets pour l'offre dans la région.
David Madden
analyste chez CMC Markets

"Tous les membres de l'équipage sont sains et saufs", a précisé la NITC, ajoutant que les personnes à bord du "Sabiti" tentaient de réparer les dégâts. "Il n'y a pas d'incendie à bord", a affirmé la compagnie étatique, démentant des informations auparavant diffusées par la télévision d'Etat iranienne selon lesquelles le pétrolier avait pris feu après une explosion. La fuite ayant entraîné la dispersion de pétrole en Mer Rouge serait désormais colmatée.

Que s'est-il passé?

Selon Ipek Ozkardeskaya, analyste chez London Capital Group, l'explosion sur le tanker "ravive les craintes géopolitiques dans la région"."Il est possible de se demander s'il s'agit de possibles représailles à la suite des attaques ayant visé Aramco qui ont été mises sur le compte de l'Iran malgré leur démenti."

Cet incident survient sur fond de bras de fer entre l'Iran d'un côté et l'Arabie saoudite et son allié américain de l'autre. Il est le dernier d'une longue série dans cette région du monde secouée par des conflits après notamment des attaques en Arabie saoudite, des saisies de tankers dans le Golfe et la destruction d'un drone américain par Téhéran. 

 

En septembre, Ryad et Washington avaient accusé Téhéran d'être derrière des attaques menées contre deux importants sites pétroliers dans l'est de l'Arabie saoudite, revendiquées par les rebelles houthis du Yémen. L'Iran avait démenti toute implication. Les prix du brut avaient alors brièvement bondi de 20%. Ils sont depuis retombés sous leur niveau d'alors.

L'attaque présumée de ce vendredi survient aussi après la saisie de plusieurs tankers par l'Iran ces derniers mois dans la région du Golfe et de l'arraisonnement en juillet au large de Gibraltar (extrême-sud de l'Espagne) d'un tanker iranien, autorisé à repartir le 15 août.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect