L'Iran commence à enrichir de l'uranium à un niveau prohibé

©EPA

L'Iran dit produire désormais de l'uranium enrichi à au moins 4,5%, un niveau prohibé par l'accord international de 2015 sur son programme nucléaire. Il fragilise encore davantage ce pacte, en guise de représailles au retrait unilatéral de Washington et aux sanctions américaines.

L'Iran a passé le seuil de 4,5% pour l'enrichissement de l'uranium.
Behrouz Kamalvandi
porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA)

L'Iran a confirmé dimanche soir qu'il commençait à enrichir de l'uranium à un niveau prohibé par l'accord international sur son programme nucléaire. Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a déjà averti que cette mesure conduirait l'Iran à "plus d'isolation et de sanctions". Les trois pays européens encore parties à l'accord l'ont condamnée. Londres et Berlin ont appelé Téhéran à revenir sur sa décision et Paris a fait part de sa "grande inquiétude", demandant à l'Iran de cesser toute activité "non conforme" à l'accord sur le nucléaire.

Donald Trump a lancé que "jamais" l'Iran ne se doterait de l'arme nucléaire. Le président américain a également déploré les "mauvaises choses" que fait Téhéran...

"Activités pacifiques"

Le porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Behrouz Kamalvandi, n'a pas donné d'indications sur le niveau auquel l'Iran compte enrichir de l'uranium 235, disant seulement avoir reçu l'ordre de le faire autant que nécessaire pour les "besoins" du pays. La veille, un conseiller du guide suprême iranien, l'ayatollah Khamenei, avait précisé que les besoins du pays pour ses "activités pacifiques" correspondaient à de l'uranium enrichi à 5%, ce qui reste loin des 90% nécessaires pour la fabrication d'une bombe atomique.

L'Iran devrait être prudent, parce que vous enrichissez (l'uranium) pour une raison, et je ne vais pas vous dire quelle est cette raison. Mais ce n'est pas bon.
Donald Trump
Président des Etats-Unis

Malgré les critiques, Téhéran affirme que sa décision de s'affranchir progressivement de certains de ses engagements ne vise qu'à sauver l'accord sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015. C'est un élément de la riposte iranienne à la décision des États-Unis de sortir unilatéralement de ce pacte en mai 2018 et de rétablir des sanctions contre l'Iran.

Ce nouveau développement survient sur fond de tensions exacerbées entre Washington et Téhéran faisant craindre un embrasement dans la région du Golfe.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect