La Chine au garde à vous

Après avoir profondément réorganisé l’armée chinoise - notamment en y plaçant des fidèles aux postes clés - le président Xi Jinping dope les dépenses militaires pour améliorer son efficacité. ©REUTERS

Le budget militaire chinois n’a jamais été aussi élevé: il atteindra cette année 175 milliards de dollars, en hausse de plus de 8% dans un contexte de forte tension avec les États-Unis et les pays voisins.

En rangs serrés et au garde à vous, les 2.980 députés chinois ont sagement écouté deux heures durant le Premier ministre Li Keqiang égrainer la feuille de route de son gouvernement pour les mois à venir. À ses côtés, le président Xi Jinping, costume sombre et regard noir, n’a même pas pris le temps de feuilleter le lourd rapport qui accompagne cette réunion annuelle du Parlement. Une seule annonce aura suffi pour qu’il lève la tête et balaye l’auditoire du regard: l’augmentation du budget militaire.

Car le président chinois non content d’avoir fait sauter le verrou l’empêchant de briguer plus de deux mandats consécutifs, est aussi l’homme qui dirige tous les secteurs stratégiques du pays, à commencer par l’Armée populaire de libération. Deux millions d’hommes qu’il a mis au diapason dès son arrivée au pouvoir en 2013 pour en faire, selon ses termes, une armée de "classe mondiale" à l’horizon 2050.

Dépenses en hausse

Après avoir coupé les branches pourries et fait arrêter les officiers corrompus qui gangrenaient ses rangs, après avoir redessiné les régions militaires et les forces opérationnelles les unes après les autres et placé des généraux fidèles aux postes clefs, il est temps pour le président chinois de donner un sérieux coup d’accélérateur aux dépenses militaires. Objectif: moderniser une armée certes nombreuse, mais loin derrière sa grande rivale américaine en termes d’efficacité et de capacité de projection.

175 milliards $
La Chine prévoit une hausse de ses dépenses militaires de plus de 8% pour cette année, afin d’atteindre les 175 milliards de dollars, davantage que la Russie, la France ou l’Inde.

L’armée chinoise a renforcé à cet effet sa force de dissuasion ces douze derniers mois, avec un nouveau navire destroyer lance-missiles de type 052D, un chasseur-bombardier furtif de pointe, le fameux J-20, et le dernier chasseur d’attaque J-16. La Chine construirait également son troisième porte-avions et, dans l’espace, la guerre des étoiles a été relancée par Pékin avec son réseau de tueurs de satellites.

Le budget militaire augmentera cette année de 8,1% pour atteindre 175 milliards de dollars. Un budget record qui le place avec la sécurité nationale au sommet des préoccupations de l’État. Selon les experts de l’Institut international pour les études stratégiques (IISS), basé à Londres, Pékin a dépensé en 2017 un total de 151 milliards de dollars pour son armée. C’est quatre fois moins que les États-Unis. Mais nettement plus que la Russie, l’Inde ou la France.

Opérations militaires à l’étranger

Pour la première fois avec Xi Jinping, l’Armée populaire pointe son nez à l’étranger. Après l’ouverture d’une première base militaire à Djibouti, d’autres bases devraient ouvrir en Afghanistan, au Pakistan et en Namibie, le long des fameuses Nouvelles routes de la soie, un projet de construction d’infrastructures défendu par Xi Jinping lui-même et doté d’un budget de 1.000 milliards de dollars.

On est encore loin des 200.000 militaires américains déployés dans une quarantaine de pays, mais la longue marche de l’armée chinoise ressemble de plus en plus à un sprint pour égaler son grand rival américain.

Course aux armements

En Asie, la stratégie chinoise relance une course aux armements: l’Inde, le Japon, la Corée du Sud, Taiwan, mais aussi le Vietnam et les Philippines… Beaucoup de pays se sentent menacés par le dragon chinois et renforcent leur défense. Le long de la frontière avec la Corée du Nord, Pékin a déjà massé des dizaines de milliers d’hommes, tandis que plus au sud les indépendantistes taïwanais et le conflit pour le contrôle des îles Senkaku-Diaoyu placent désormais l’armée chinoise au contact direct avec les GI’s américains et la fameuse septième flotte.

Devenue deuxième puissance économique mondiale, la Chine veut aujourd’hui bousculer la domination militaire américaine. 351 navires de guerre chinois devraient ainsi quadriller la mer de Chine d’ici 2020.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect