L'Arabie saoudite déclenche une guerre des prix du pétrole

L'Arabie saoudite a provoqué une guerre des prix du pétrole, après que la Russie a refusé sa proposition de réduire la production d'or noir pour s'aligner sur la baisse de la consommation due à l'épidémie de coronavirus. ©Bloomberg

L'Arabie saoudite a fait plonger les marchés mondiaux du pétrole en réduisant ses prix de vente à des niveaux les plus bas depuis 20 ans. Cette décision, en raison d'un bras de fer avec la Russie, signale le début d'une guerre des prix.

Les cours du pétrole ont plongé de près de 20% lundi en fin de journée (près de 30% en séance), leur plus forte baisse depuis la guerre du Golfe, après que l'Arabie saoudite a décidé de réduire drastiquement ses prix de vente. 

Les marchés encaissent mal la décision de l'Arabie saoudite de réduire ses prix de brut après l'échec, en fin de semaine dernière, des négociations entre l'Opep et la Russie.

L'Arabie saoudite, qui préside l'Opep, multiplie les pressions depuis la semaine dernière pour obtenir une baisse de la production afin de s'adapter au déclin de la consommation en raison de l'épidémie de coronavirus

L'Opep et la Russie n'ont pas réussi, vendredi dernier, à s'entendre sur les coupes supplémentaires dans leur production, Moscou refusant toute diminution.

En réaction, Riyad a décidé de baisser ses prix à des niveaux les plus bas depuis 20 ans afin de prendre des parts de marchés à la Russie.

Une guerre risquée

Cette décision provoque une nouvelle guerre des prix sur les marchés pétroliers, au risque de déstabiliser les marchés financiers. Dimanche, les Bourses du Golfe plongeaient, celle de Riyad clôturant en baisse de 7,8%.

L'Arabie saoudite prend aussi le risque de se fragiliser. Le prince Mohammed ben Salmane, qui dirige le pays, pourrait être empêché de mener ses réformes économiques. En outre, des spéculations ont lieu sur une tentative de coup d'État

Moscou reste ferme

"L'industrie pétrolière russe dispose d'une base de ressources de haute qualité et d'une marge financière suffisante pour rester compétitive à tout niveau de prix, ainsi que pour maintenir sa part de marché."
Alexandre Novak
Ministre russe de l'Energie

Pour certains observateurs, Riyad tenterait de ramener Moscou à la table de négociation. Mais la Russie restait ferme, lundi, affirmant qu'elle était prête à faire face, tant au niveau pétrolier que du soutien du rouble.

"L'industrie pétrolière russe dispose d'une base de ressources de haute qualité et d'une marge financière suffisante pour rester compétitive à tout niveau de prix, ainsi que pour maintenir sa part de marché", estime le ministre russe de l'Énergie, Alexandre Novak.

Selon le Kremlin, la Russie aurait accumulé suffisamment de réserves pour tenir entre 6 et 10 ans si les prix du pétrole chutent à 25-30 dollars par baril.

2,80
dollars le baril
L'Arabie saoudite extrait son brut à des coûts défiant toute concurrence (2,80 dollars le baril).

Cette guerre pourrait durer, car l'Arabie saoudite détient d'importantes réserves de pétrole et produit son or noir à des coûts très bas (2,80 dollars le baril). Les réserves financières de la Russie sont supérieures de 80 milliards de dollars à celles de l'Arabie saoudite, mais si le pétrole chute sous les 25 dollars, Moscou serait dans une position difficile.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés