En Finlande, le revenu universel a des effets positifs sur l'emploi et le bien-être

La Finlande a réalisé un test grandeur nature de la mise en place d'un revenu universel. ©Bloomberg

Une étude sur l'expérience menée en Finlande montre que le revenu universel a eu un effet positif sur le bien-être des participants et sur l'emploi.

Bientôt un salaire pour tous sans même travailler? Révélée en mai dernier par la revue britannique "New Scientist", une étude menée par l'Institut d'assurance sociale de Finlande et par l'Université d'Helsinki a analysé les effets de la mise en place d'un revenu universel sur l'emploi et sur le bien-être.

Pour recontextualiser, en 2017, la Finlande a décidé de tester à grande échelle la mise en place d'un revenu universel. Cette expérience s'est tenue sur une période de deux ans, entre 2017 et 2018, au cour de laquelle le gouvernement a versé à 2000 chômeurs âgés de 25 à 58 ans la somme de 560€ par mois, sans conditions.

Afin de mesurer les effets de cette mesure, l'étude a comparé l'emploi et le bien-être des bénéficiaires à un groupe témoin de 173.000 personnes touchant des allocations de chômage.

"Certaines personnes ont profité du revenu garanti pour s'occuper de leur famille ou de leurs voisins de manière informelle."
Christian Kroll
Université d'Helsinki

Moins de problème de santé, plus d'optimisme

Les résultats de cette étude montre qu'entre novembre 2017 et octobre 2018, les bénéficiaires du revenu universel ont travaillé en moyenne 78 jours, soit 6 jours de plus que les bénéficiaires d'une allocation chômage. Parmi les composantes du panel, les familles avec enfants ainsi que les personnes dont la langue maternelle n'est ni finnois ni scandinave ont connu les plus fortes croissances en termes d'emploi.

Si les effets sur l'emploi semble moindre, l'Université d'Helsinki avance que les bénéficiaires de ce revenu ont montré moins de problèmes de santé, moins de stress et une meilleure capacité de concentration ainsi qu'une plus grande confiance en l'avenir par rapport à l'autre groupe. "Certaines personnes ont profité du revenu garanti pour faire des choses comme s'occuper de leur famille ou de leurs voisins de manière informelle", a expliqué Christian Kroll, de l'Université d'Helsinki.

Les résultats de l'étude suggère surtout que le revenu universel ne semble pas décourager les gens à travailler.

Une solution pour le "monde d'après Covid"?

Le revenu universel pourrait-il dès lors faire office de bouée de sauvetage pour les ménages les plus précaires qui font face à l'épidémie de coronavirus? "Je pense qu'il apporterait de la sécurité aux personnes dans des situations très précaires où elles ne savent pas si elles vont avoir un revenu", a commenté Minna Ylikännö de l'institut d'assurance sociale de Finlande.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés