L'Irak s'attèle à sécuriser le désert à la frontière avec la Syrie

Les Unités de mobilisation populaires, que l'on voit ici lors d'une parade militaire fin juin, prennent part à l'opération lancée contre l'EI. ©REUTERS

L'armée irakienne a annoncé dimanche le lancement d'une nouvelle opération pour sécuriser le vaste désert de l'ouest du pays, frontalier avec la Syrie, par crainte du réveil de cellules jihadistes qui utilisent la zone pour se regrouper.

L'opération nommée "Volonté de vaincre" a débuté tôt dans la matinée dimanche. Elle doit permettre de "nettoyer" ce territoire reculé, à cheval sur les provinces de Salaheddine, Ninive et Al-Anbar, est-il indiqué dans un communiqué de l'armée. Les forces armées irakiennes, des forces paramilitaires du Hachd al-Chaabi, des groupes tribaux et des avions militaires de la coalition internationale emmenée par les Etats-Unis participent à l'opération, selon le communiqué.

L'Irak s'est déclaré vainqueur du groupe Etat islamique (EI) fin 2017, quelques mois après avoir chassé les jihadistes de son siège installé à Mossoul, capitale de la province de Ninive. Et l'organisation jihadiste a été défaite en Syrie en mars dernier, après qu'une alliance de combattants kurdes et arabes, aidée par la coalition internationale, les ait chassés de leur dernier bastion à Baghouz, près de la frontière irakienne.

Cellules dormantes

Mais, des cellules dormantes survivent et continuent de mener des attaques meurtrières dans des régions reculées d'Irak, ciblant des checkpoints gouvernementaux, des infrastructures publiques et des responsables locaux. Les forces de sécurité irakiennes ont ciblé des positions de l'EI au cours de plusieurs opérations, soutenues par la coalition, ces derniers mois, notamment dans les montagnes d'Hamrin, au nord de Bagdad. En mai, plusieurs groupes tribaux ont été armés dans des dizaines de villages de la province de Ninive afin de pouvoir se défendre face aux attaques.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect