La Fed a peut-être "mal jugé" l'inflation basse

Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale ©EPA

Janet Yellen, la présidente de la Fed, a reconnu que la Réserve fédérale avait peut-être "mal jugé" les causes de l'inflation qui persiste à être basse aux Etats-Unis mais a prévenu qu'une telle situation pouvait ne pas perdurer.

La Réserve fédérale américaine prédit depuis des mois un retour de l'inflation vers l'objectif de 2%. Sans succès. Ce mardi, devant la National Association for Business Economics, la présidente Janet Yellen a admis qu'elle et ses confrères avaient "peut-être mal évalué" l'impact du fort marché du travail sur l'évolution des prix. Celle-ci n'est qu'à 1,4%, selon l'indice PCE.

Théoriquement, un très bas taux de chômage comme celui que connaissent les Etats-Unis (à 4,4%) aurait déjà dû faire naître des tensions inflationnistes à travers des hausses de salaires. Mais, a concédé Janet Yellen, "certains observent que la faiblesse continue de l'augmentation des salaires est un signe que l'économie n'a pas encore atteint le plein emploi".

Un assouplissement des objectifs de la Fed est-il en vue? Pour le moment, Janet Yellen pense que la faiblesse de l'inflation "est probablement temporaire" et donc la Réserve fédérale compte poursuivre ses hausses progressives de taux d'intérêt. Mais, bien qu'il n'y ait pas pour le moment suffisamment de preuves d'une modification majeure dans la dynamique de l'inflation pour que la Fed revienne sur son programme de hausse graduelle des taux, Yellen a estimé que la banque centrale devrait rester ouverte à cette possibilité.

"Si on ne continue pas à relever les taux graduellement à l'avenir, il y a un risque que le marché du travail passe en surchauffe, créant potentiellement un problème inflationniste qu'il sera difficile à maîtriser sans provoquer de récession."
Janet Yellen
Présidente de la Fed

Le dollar s'est apprécié après ces propos, son indice contre un panier des principales devises atteignant un plus haut du jour à 93,286. Les taux se sont tendus et le rendement des Treasuries à 10 ans a atteint 2,241%.

L'évolution des contrats de futures sur les fonds fédéraux en réaction à ces déclarations implique une probabilité de hausse des taux directeurs de 78% à l'issue de la prochaine réunion du comité de politique monétaire, les 12 et 13 décembre, selon le baromètre FedWatch du CME.

A l'issue de sa réunion de la semaine dernière, la Fed a maintenu ses taux directeurs et prévu une nouvelle hausse d'ici la fin de l'année, tout en annonçant qu'elle commencerait en octobre à réduire la taille de son bilan.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content