La fondation de Donald Trump poursuivie en justice

©AFP

La procureure générale de l'Etat de New York a attaqué de front Donald Trump, l'assignant en justice pour avoir utilisé l'argent de sa fondation à des fins personnelles.

La procureur général de l'Etat de New York a attaqué en justice ce jeudi le président américain Donald Trump et la fondation qui porte son nom, dont elle demande la dissolution à cause de ce qu'elle considère comme une "conduite illégale persistante" pendant plus d'une décennie.

"Ils font tout ce qu'ils peuvent pour m'attaquer en justice."
Donald Trump

Donald Trump s'est indigné de cette initiative venant selon lui de "sordides démocrates new-yorkais". "Ils font tout ce qu'ils peuvent pour m'attaquer en justice pour une fondation qui a engrangé 18,8 millions de dollars et a donné à des oeuvres caritatives un montant supérieur à ses gains, 19,2 millions de dollars", a-t-il dit sur Twitter.

"Je ne règlerai pas cette affaire à l'amiable!", a ajouté Trump.

Barbara Underwood, qui a déposé sa plainte auprès de la Cour suprême de l'Etat de New York, accuse la Fondation Donald J. Trump et ses directeurs d'une "vaste coordination politique illégale" avec l'équipe de campagne de Donald Trump en 2016, de "transactions intéressées répétées" au profit de ses intérêts personnels et professionnels, et de violations des "obligations juridiques fondamentales" des organisations à but non lucratif.

"Ce n'est pas comme cela que les fondations privées doivent fonctionner."
La procureure

"Comme nos investigations l'ont révélé, la Fondation Trump était un peu plus qu'un chéquier pour les paiements de Trump ou de ses sociétés à des organisations à but non lucratif (...)", a déclaré la procureur dans un communiqué. "Ce n'est pas comme cela que les fondations privées doivent fonctionner", a-t-elle ajouté.

L'Etat de New York réclame 2,8 millions de dollars (2,4 millions d'euros) de profits indus et de pénalités, l'interdiction pour Donald Trump de diriger une organisation à but non lucratif dans l'Etat de New York pendant dix ans et une interdiction similaire pour les enfants de Trump, Eric et Ivanka, pendant un an.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content