Lawrence Kudlow, le conseiller qui se trompe (trop) souvent

©REUTERS

Lawrence Kudlow, le conseiller économique de Donald Trump, a déjà fait quelques bourdes en matière de prévisions.

"Il n’y aura pas de récession." Lawrence Kudlow, le conseiller économique de la Maison- Blanche, en est persuadé. Et il l’a répété ces derniers jours sur les ondes de la Fox et de NBC.

Celui qui est entré en fonction en avril 2018 à la tête du Conseil économique national est persuadé que le monde économique est trop pessimiste. "N’ayez pas peur d’être optimiste", lance celui qui a soufflé cette semaine ses 72 bougies.

Sur la politique commerciale, avant son entrée en fonction comme conseiller de Donald Trump, il répétait à l’envi que le protectionnisme est néfaste pour l’économie et que les barrières tarifaires mènent presque toujours à une fin malheureuse.

Le problème, comme l’a rappelé avec justesse le journaliste de NBC News qui l’interrogeait, c’est qu’il avait effectué la même prévision en décembre 2007. Ceci avant la pire récession depuis les années 30! Kudlow a admis qu’il avait eu tort. Comme beaucoup d’autres économistes d’ailleurs. Mais aujourd’hui, confie-t-il, la situation est différente. Les banques sont en meilleure santé, les consommateurs dépensent leur argent et ils épargnent aussi, l’inflation est quasi absente. En résumé, la situation est idéale. Elle pourrait même encore être meilleure, dit-il, si la Federal Reserve n’avait pas fait autant de mal à l’économie en relevant ses taux en 2017 et 2018.

Sur la politique commerciale, avant son entrée en fonction, il répétait à l’envi que le protectionnisme est néfaste pour l’économie et que les barrières tarifaires mènent presque toujours à une fin malheureuse. Désormais au service de Donald Trump, il est d’avis que la Chine est un cas spécial et que l’on ne peut plus tolérer ses pratiques commerciales.

Certains qualifient Kudlow de pseudo-économiste (il n’a pas le diplôme). Le prix Nobel Paul Krugman est particulièrement cinglant à son égard, estimant que cet ancien chroniqueur financier de la chaîne CNBC a tort sur tous les sujets et n’est certainement pas la bonne personne pour être le conseiller économique du Président.

Ses autres faits d’armes: avoir travaillé pour le président Reagan dans les années 80 ainsi que pour la firme d’investissement Bear Stearns. Il en avait été évincé en 1994 pour des problèmes de drogue et d’alcool. Un passé douloureux qui avait d’ailleurs suscité certaines questions lors de sa nomination dans l’équipe Trump.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect