Kinshasa rend hommage à Étienne Tshisekedi

©AFP

L'avion transportant la dépouille d'Etienne Tshisekedi, figure de l'histoire du Congo décédé à Bruxelles le 1er février 2017, s'est posé sur l'aéroport de Kinshasa peu après 20h ce jeudi. Son fils et actuel président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, menait la délégation présente sur le tarmac, avant une journée d'hommage vendredi et l'inhumation prévue samedi.

La dépouille d’Etienne Tshisekedi, figure de l’histoire du Congo et père de l’actuel président Félix Tshisekedi, a quitté Bruxelles et atterri jeudi soir à Kinshasa où l’ex-opposant et Premier ministre doit être inhumé samedi, plus de deux ans après sa mort. Trois jours de funérailles et d’hommage populaire sont prévus de l’arrivée du corps jusqu’à l’inhumation samedi.

©AFP

L’ex-opposant et ex-Premier ministre Étienne Tshisekedi est décédé à l’âge de 84 ans le 1er février 2017 à Bruxelles où il venait se faire soigner. Sa dépouille reposait depuis dans un funérarium bruxellois, faute d’accord entre sa famille et l’ancien régime du président Joseph Kabila sur le rapatriement et l’organisation des obsèques. La situation s’est éclaircie avec l’investiture le 24 janvier de son fils Félix, proclamé vainqueur de l’élection présidentielle du 30 décembre.

En 2011, il avait refusé de reconnaître la réélection de Joseph Kabila en se proclamant président élu.

Il y a une semaine, un comité d’organisation des obsèques présentait enfin un programme précis: rapatriement et cortège funèbre jeudi, exposition du corps vendredi au stade des Martyrs (80.000 places), inhumation samedi. Le vol prévu mercredi soir a toutefois dû être reporté à la dernière minute "pour des raisons logistiques". Certaines sources évoquaient des problèmes de paiement. Le vol était à la charge de la partie congolaise. L’avion est finalement parti jeudi en fin de matinée de la base de Melsbroek avant d'atterrir peu après 20h à Kinshasa.

©AFP

Né en 1932, Étienne Tshisekedi a été un proche du dictateur Mobutu Sese Seko avant de passer à l’opposition. Le natif du Kasaï (centre) était même ministre de l’Intérieur quand Mobutu a envoyé à la potence quatre responsables politiques en les accusant de préparer un complot le 1er juin 1966. Ces "Martyrs" de la Pentecôte donnent leur nom au stade de Kinshasa où un dernier hommage populaire doit être rendu au défunt.

Tshisekedi père est passé dans l’opposition en fondant dans la clandestinité l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) en 1982. "Désormais, sa vie sera faite d’arrestations, de tortures, de brimades, de pressions, de bannissements, de relégations et de résidences surveillées", écrit l’historien Jean-Marie Mutamba Makombo jeudi dans le journal congolais La Prospérité.

©AFP

Le "Sphynx" de Limete, du nom de sa commune de résidence à Kinshasa, a été brièvement Premier ministre dans les années 90, avant de repasser dans l’opposition au régime des Kabila père et fils à partir de 1997. Candidat à l’élection présidentielle de 2011, il avait refusé de reconnaître la réélection de Joseph Kabila en se proclamant président élu. En janvier 2019, le même Kabila a cédé le pouvoir à son fils Félix, proclamé vainqueur de l’élection du 30 décembre 2018, première transition pacifique dans l’histoire du Congo.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect