La Tunisie a un nouveau Premier ministre

©EPA

Youssef Chahed a été nommé à la tête du gouvernement tunisien. L'opposition pointe déjà ses liens avec la famille du président Essebsi, n'hésitant pas à parler de népotisme. L'homme a maintenant trente jours pour former son équipe gouvernementale.

Nouveau virage dans la lente et difficile reconstruction démocratique de la Tunisie. Samedi dernier, après tout juste 18 mois au pouvoir, le gouvernement de Habib Essid a été écarté par un vote de défiance au Parlement, faisant craindre une nouvelle période d'incertitudes dans un pays déjà fragilisé par une économie en crise et la menace jihadiste.

Le président Béji Caïd Essebsi avait un délai de 10 jours pour engager des consultations. Il n'en fallait pas autant. Ce mercredi un nom est sorti du lot de prétendants: il s'agit de Youssef Chahed, 40 ans et ministre des Affaires locales du gouvernement sortant. Cet ingénieur agronome a été formé et a enseigné en France va succéder à Habib Essid, qui a donc perdu le week-end dernier la confiance du Parlement.

"Ce sera un gouvernement politique, un gouvernement de compétences, de jeunes (...) Remporter la bataille contre le terrorisme, déclarer la guerre à la corruption et aux corrompus, augmenter le taux de croissance pour créer de l'emploi, maîtriser les équilibres financiers ainsi que la propreté et l'environnement" seront les priorités du cabinet."
Youssef Chahed
Nouveau Premier ministre tunisien

A peine nommé, le nouvel homme fort de Tunis a promis de faire de la lutte contre le terrorisme, la corruption et le chômage sa priorité dans un pays en crise. Chahed a désormais trente jours pour former un nouvel exécutif. Il a le équipe indiqué que les consultations à ce sujet débuteraient dans la journée.

"Ce sera un gouvernement politique, un gouvernement de compétences, de jeunes", a-t-il affirmé, en promettant que les femmes seraient "mieux représentées". "Remporter la bataille contre le terrorisme, déclarer la guerre à la corruption et aux corrompus, augmenter le taux de croissance pour créer de l'emploi, maîtriser les équilibres financiers ainsi que la propreté et l'environnement" seront les priorités du cabinet, a-t-il encore déclaré.

Le népotisme n'est pas loin 

Youssef Chahed est aussi le neveu du beau-fils du président Beji Caïd Essebsi, selon les médias tunisiens et des sources au sein de Nidaa Tounes, le parti du chef de l'Etat. Cette nomination devrait relancer les accusations de népotisme visant Beji Caïd Essebsi, déjà soupçonné par l'opposition et des membres de son propre parti de vouloir favoriser l'accession au pouvoir de son fils, Hafed.

Avant même qu'il ne soit confirmé, le choix de Youssef Chahed avait été dénoncé par des opposants, certains disant y voir un retour aux pratiques de l'autocrate Zine el Abidine Ben Ali, renversé en 2011.

Chahed a démenti les informations selon lesquelles il entretenait des liens familiaux avec Essebsi, affirmant être seulement un parent éloigné du chef de l'Etat. Le parti islamiste Ennahda et la formation Nidaa Tounes, qui soutient le président Essebsi, possèdent ensemble la majorité des sièges au Parlement et composent la coalition gouvernementale. La nomination de Youssef Chahed devrait être entérinée par les députés.


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés