Le Gabon signe pour 4,5 milliards USD de contrats avec l'Inde et Singapour

Le Gabon a signé samedi pour 4,5 milliards de dollars (3,5 milliards d'euros) de contrats avec des multinationales de l'Inde et de Singapour pour des projets d'infrastructures, a annoncé la présidence gabonaise.

"Sous la présidence du Chef de l'Etat, Ali Bongo Ondimba (...) ont été signés ce jour, à la veille du cinquantenaire de l'indépendance du Gabon, des accords majeurs touchant des programmes clés du projet pour le Gabon Emergent, d'une valeur de 4,5 milliards de dollars US", selon un communiqué.

Ces investissements concernent "les infrastructures routières avec 1.000 km de routes", la création d'une Zone économique spéciale à Nkok (près de Libreville) "dédiée à la transformation du bois", des cultures de palme à Mouila, dans la Ngounié (centre sud) et à Tchibanga dans la Nyanga (sud)" et 5.000 logements sociaux, ajoute le texte.

"Prévus pour générer un total de plus de 50.000 emplois directs et indirects au cours des diverses phases de mise en oeuvre, ces projets proviennent d'investissements directs de partenaires étrangers stratégiques de pays asiatiques", selon le communiqué.

La présidence n'a pas donné de précisions sur le montant des investissements privés ainsi que sur le calendrier.

"Depuis maintenant moins d'un an, mon gouvernement mène une importante politique de réforme. Mais cela prend du temps, car comme pour la construction d'une maison, il faut d'abord bâtir les soubassements. C'est un travail qui n'est pas visible, mais qui est essentiel. Bientôt vous en verrez les résultats", affirme Ali Bongo Ondimba dans le communiqué.

La multinationale singapourienne Olam sera le "principal partenaire du gouvernement gabonais pour le développement" de la Zone économique spéciale de Nkok, qui doit s'étendre sur de 1.146 hectares dont 40 % réservés à l'industrie du bois". "Les travaux ont commencé le 1er août 2010 pour une mise en oeuvre opérationnelle prévue pour fin mars 2011, avec un investissement total de 200 millions USD".

"La Zone économique spéciale de Nkok sera la première zone économique d'Afrique centrale et de l'ouest, avec une capacité de traitement de 1 million de mètres cubes par an. Elle devrait attirer près d'un milliard USD d'investissement et créer près de 9.000 emplois directs", selon le communiqué.

Le Gabon a interdit en novembre 2009 pour effet en 2010 l'exportation de grumes brutes à la surprise et au grand dam des forestiers qui avaient auparavant jusqu'en 2012 pour transformer au moins 75% du bois coupé. La mesure visait à favoriser l'émergence d'une industrie locale et l'exportation de produits finis et semi-finis à forte valeur ajoutée.

Le bois, qui pèse pour 6% du produit intérieur brut hors pétrole, est le principal employeur privé au Gabon, avec environ 15.000 emplois directs et 5.000 emplois indirects.

La transformation des matières premières gabonaises sur le territoire national était une des priorités du programme électoral du président Ali Bongo Ondimba, investi mi-octobre.

Olam sera aussi le partenaire principal du Gabon pour le projet d'huile de palme dans un pays dont la dépendance alimentaire est proche de 85%.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés