Le président soudanais Omar el-Béchir tombe sous la pression de la rue

Omar al-Beshir ©REUTERS

Le régime d'Omar el-Béchir, président du Soudan depuis 30 ans, est tombé ce jeudi sous la pression de l'armée et des manifestants. Il a été arrêté.

Le président soudanais Omar el Béchir, au pouvoir depuis 1989, a été destitué par l'armée, au terme d'un mouvement de contestation populaire. Des consultations sont en cours pour mettre sur pied un conseil de transition militaire appelé à diriger le pays.

"J'annonce, en tant que ministre de la Défense, la chute du régime et le placement en détention dans un lieu sûr de son chef" (Awad Ahmed Benawf, ministre de la Défense)

©REUTERS

Plusieurs dizaines de milliers de Soudanais sont descendus dans les rues du centre de Khartoum en faisant la fête, dansant et scandant des slogans anti-Béchir. "Il est tombé, nous avons gagné!", ont crié des contestataires. La télévision et la radio nationales ont diffusé de la musique patriotique.

Le puissant service de renseignement NISS a annoncé dans la foulée la libération de tous les prisonniers politiques du pays.

Les manifestations se succèdent au Soudan depuis le 19 décembre. Au départ, les contestataires dénonçaient l'inflation, dans un contexte de grave crise économique provoquée en partie par des années de sanctions américaines et par la perte d'une bonne partie des revenus pétroliers depuis la sécession du Soudan du Sud en 2011.

Peu à peu, le mouvement a tourné à la contestation politique contre le président Béchir. La crise politique a pris un tournant au cours du week-end dernier, des milliers de manifestants entamant un sit-in devant le complexe du ministère de la Défense, où Omar el Béchir a sa résidence. Des affrontements ont éclaté mardi entre des soldats cherchant à protéger les manifestants et des membres des services de sécurité et des renseignements cherchant à les disperser. Au moins 11 personnes ont péri dans ces heurts, dont six membres des forces armées.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect