Le successeur de Kabila révélé par l'Eglise catholique

©REUTERS

Selon elle, Martin Fayulu, principal candidat d'opposition au gouvernement actuel, serait élu.

Un haut fonctionnaire occidental et un conseiller présidentiel tiennent de l'Eglise catholique que le vainqueur des élections en République démocratique du Congo est Martin Fayulu, le principal candidat d'opposition au gouvernement Kabila, rapporte le New York Times La puissante Eglise catholique congolaise, qui avait déployé des milliers d'observateurs électoraux, a affirmé jeudi connaître le vainqueur du scrutin sans en révéler le nom. La source occidentale qui a confirmé le nom du vainqueur selon l'Eglise ne s'est exprimée que sous la condition de l'anonymat en vertu du protocole diplomatique.

La CENI, considérée comme proche de Kabila, réplique

De son côté, la CENI, la commission électorale, seule habilitée à proclamer les résultats, reporte l'annonce à la semaine prochaine, arguant que le décompte des bulletins n'est pas terminé; cette commission est considérée par de nombreux Congolais comme une instance proche du président Kabila. "Il n'est pas possible de publier les résultats dimanche. On avance bien mais on n'a pas encore tout", a déclaré Corneille Nangaa, président de la Commission électorale (Ceni) en charge de la centralisation des résultats. Il n'a pas précisé le jour exact prévu pour la publication.

Reynders pour une "pression maximale"

Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, s'est dit vendredi favorable à une "pression maximale" de la communauté internationale sur les autorités congolaises afin qu'elles respectent le choix des électeurs qui ont voté le 30 décembre dernier pour se choisir un nouveau président qui succédera à Joseph Kabila.

"Quel que soit le résultat (du scrutin), il doit être communiqué."
Didier Reynders
Ministre des Affaires étrangères

"Quel que soit le résultat (du scrutin), il doit être communiqué. Quel que soit le nom du nouveau président (il doit être annoncé) même si cela va vers un autre candidat que celui du pouvoir", a-t-il affirmé alors que la Commission électorale nationale indépendante (Céni) n'a encore publié aucun résultat des élections présidentielles, législatives et provinciales de dimanche dernier.

Le Conseil de sécurité de l'ONU, dont la Belgique est membre non permanent depuis le 1er janvier, doit se réunir ce vendredi soir à New York. Selon le ministre Reynders, différents pays et organisations internationales (les Etats-Unis, l'Union européenne et l'Union africaine) sont "en train d'accorder leurs points de vue" sur l'attitude à tenir vis-à-vis de la situation en RDC. Les Etats-Unis ont enjoint jeudi les autorités électorales congolaises de "respecter" le choix des Congolais en publiant des résultats "exacts". Et Washington d'appeler également au rétablissement d'internet, coupé depuis lundi.

Où en est-on en RDC? 

Le pays attend désormais la proclamation du successeur du président Joseph Kabila, au pouvoir depuis près de 18 ans. La publication des résultats, initialement prévue le dimanche 6 janvier, pourrait être reportée. 

Les partisans du candidat de l'UDPS, Félix Tshisekedi. ©AFP

Trois candidats sont en course pour la succession du président Kabila - auquel la Constitution interdit d'effectuer plus de deux mandats consécutifs: son "dauphin" désigné, l'ex-ministre de l'Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary (dit ERS) et deux opposants qui ont émergé des résultats partiels disponibles avant la coupure d'internet lundi en RDC: Martin Fayulu et Félix Tshisekedi.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect