nécrologie

Morgan Tsvangirai, visage de la résistance à Mugabe

Morgan Tsvangirai ©AFP

Le chef du principal parti d'opposition au Zimbabwe, Morgan Tsvangirai, 65 ans, adversaire historique du régime de l'ex-président Robert Mugabe, est décédé des suites d'un cancer ce mercredi.

Son combat lui a valu des procès, des séjours en prison et un passage à tabac en règle. Pendant quinze ans, Morgan Tsvangirai, décédé ce mercredi à l'âge de 65 ans, a incarné l'opposition au régime de fer de l'ex-président du Zimbabwe Robert Mugabe.

Morgan Tsvangirai ©AFP

Premier ministre de "cohabitation" de 2009 à 2013, le chef du Mouvement pour un changement démocratique (MDC) a brigué à trois reprises la présidence. A chaque fois il a échoué, victime des fraudes ou des violences imputées au camp de son rival.

Nullement découragé, il voulait tenter sa chance une dernière fois cette année contre Emmerson Mnangagwa, qui a succédé à Robert Mugabe après sa démission en novembre. Il a été emporté par la maladie avant cette tentative, victime d'un cancer du côlon qu'il combattait en Afrique du Sud.

Robert Mugabe ©AFP

Lors de toutes ses campagnes, Morgan Tsvangirai s'est présenté comme l'anti-Mugabe. Pourfendeur de la corruption du régime, il voulait aussi rompre avec les pratiques autoritaires de celui qui règne en maître absolu du pays depuis son indépendance en 1980. Robert Mugabe lui a fait payer ces critiques très cher.

Poursuivi à plusieurs reprises pour "trahison" ou "complot contre le chef de l'Etat", l'opposant a fait plusieurs séjours en prison. Mais la justice l'a à chaque fois acquitté, au terme de longs procès. Morgan Tsvangirai affirme aussi avoir fait l'objet de quatre tentatives d'assassinat. En mars 2007, il a été arrêté et copieusement rossé par la police. La diffusion des images de son visage tuméfié soulève l'indignation de la communauté internationale, notamment des Etats-Unis et de l'Union européenne (UE).

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content