Probable report des résultats de la présidentielle congolaise

"Nous faisons de notre mieux pour qu'on publie les résultats le 6 janvier. Mais si on n'y arrive pas, à l'impossible nul n'est tenu", a déclaré Corneille Nangaa, président de la commission électorale congolaise. ©AFP

On est jeudi, les élections présidentielles ont été organisées dimanche dernier en RDC. On espérait avoir les premiers résultats quelques jours plus tard. Mais il faudra s'armer de patience: à peine 17% des urnes ont déjà été dépouillées...

"Nous ne dormons pas. Nous faisons de notre mieux pour qu'on publie les résultats le 6 janvier. Mais si on n'y arrive pas, à l'impossible nul n'est tenu" (Corneille Nangaa, président de la commission électorale congolaise de RDC)

Les premiers résultats des élections en République démocratique du Congo vont donc probablement être publiés après dimanche... Pourquoi? Le rassemblement des urnes et le décomptage prend plus de temps que prévu.

Selon Corneille Nangaa, à peine 17% des urnes auraient déjà été dépouillées ce jeudi. L'objectif de date de dimanche 6 janvier semble donc irréalisable. 

Pour rappel, dans l'attente des résultats, le signal de la radio RFI a été coupé par les autorités congolaises. L'accès à internet et aux réseaux sociaux est également bloqué.

80 millions d'habitants
en RDC
RFI couvre abondamment l'actualité de la RDC, le plus grand pays au monde avec le français pour langue officielle (environ 80 millions d'habitants)

"Nous n'allons pas laisser une station mettre de l'huile sur le feu au moment où nous attendons la compilation des résultats provisoires", a justifié le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende Omalanga.

Je voudrais au nom du gouvernement congolais rappeler ici, afin que nul ne l'ignore, qu'au terme de la Constitution et des lois en vigueur en République démocratique du Congo, seule la Céni est habilitée à annoncer et publier les résultats des votes.
Lambert Mende
ministre des Médias

 

Qui va succéder à Kabila?

L'élection présidentielle de dimanche dernier doit désigner le successeur du président Joseph Kabila, contraint par la Constitution de ne pas se représenter après près de 18 ans de pouvoir.  Selon le dernier sondage publié vendredi par l'unité de recherches sur la RDC de l'Université de New York, Martin Fayulu était en tête des intentions de vote avec 47%, devant Félix Tshisekedi, crédité de 24%, et Emmanuel Ramazani Shadary, 19%.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés