Tshisekedi promet de libérer les prisonniers politiques

Le nouveau président a prêté serment devant des milliers de ses partisans, des responsables du gouvernement et des ambassadeurs étrangers. ©EPA

Le nouveau président congolais Félix Tshisekedi a prêté serment ce jeudi, promettant notamment de libérer immédiatement tous les prisonniers politiques en République démocratique du Congo.

La République démocratique du Congo vit pour la première fois une transmission pacifique du pouvoir présidentiel, qui passe des mains de Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, à Félix Tshisekedi.

Ce dernier a été élu lors du scrutin du 30 décembre dernier et a prêté serment ce jeudi après-midi: "Moi, Tshisekedi Félix Antoine Tshilombo, élu Président de la République Démocratique du Congo, je jure solennellement devant Dieu et la nation, d'observer et de défendre la Constitution et les lois de la République". Ainsi a débuté le discours solennel prononcé par Félix Tshisekedi sous le regard d'un Joseph Kabila stoïque et aux yeux cachés derrière des lunettes sombres.

Libérer tous les "prisonniers politiques"

Félix Tshisekedi (à gauche) en plein conciliabule avec le président sortant, Joseph Kabila. ©REUTERS

Dans son discours d'investiture, le président Tshisekedi a plaidé pour "un Congo réconcilié". "Nous voulons construire un Congo fort, tourné vers son développement dans la paix et la sécurité - un Congo pour tous les Congolais, où chacun aura sa place", a-t-il dit sous les acclamations de ses partisans.

Le nouveau président a été pris d'un léger malaise alors qu'il prononçait son allocution. Il a été conduit à une chaise et on lui a apporté un verre d'eau, puis il est retourné à la tribune, expliquant cette brève défaillance par la fatigue de la campagne électorale et par l'émotion.

"Le ministre de la Justice sera chargé de recenser tous les prisonniers politiques, d'opinion ou assimilés, sur l'ensemble du territoire national en vue de leur prochaine libération."
Félix Tshisekedi

Le nouveau président a notamment juré "de ne (se) laisser guider que par l'intérêt général et le respect des droits de la personne humaine".

"Sous notre mandat, nous veillerons à garantir à chaque citoyen le respect de l'exercice de ses droits fondamentaux. Nous nous engageons à bannir toute forme de discrimination."

Félix Tshisekedi a aussi promis  de libérer tous les "prisonniers politiques" en République démocratique du Congo. "Le ministre de la Justice sera chargé de recenser tous les prisonniers politiques, d'opinion ou assimilés, sur l'ensemble du territoire national en vue de leur prochaine libération", a annoncé le président. Les coups de canon ont ensuite résonné dans les jardins du Palais, avant que Kabila ne transmette à son successeur l'étendard aux couleurs nationales. Tshisekedi a aussi reçu, selon le protocole, un exemplaire de la Constitution et les armoiries, sous les ovations de milliers de ses partisans mêlés aux officiels.  

Le président devra désigner un "informateur" pour identifier un chef de gouvernement au sein de la majorité de l'Assemblée nationale qui reste largement acquise aux amis du président sortant Kabila. Les deux coalitions pro-Kabila Front commun pour le Congo (FCC) et pro-Tshisekedi Cap pour le changement (Cach) ont signé un "accord de coalition politique" et de "partage de pouvoir", d'après un document que l'AFP s'est procuré. Ce document prévoit une "répartition par famille politique des postes ministériels et autres postes administratifs".

Les partisans du nouveau président de la République démocratique du Congo se sont rassemblés pour célébrer la passation de pouvoir. Au moins 2.000 partisans du nouveau président se sont rassemblés devant le palais de la Nation à Kinshasa au bord du fleuve Congo où prennent place les invités et accrédités (corps constitués, magistrats, militaires, corps diplomatiques, journalistes...).

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect