"Viva Tata Madiba!"

©AFP

Une centaine de chefs d'Etat et de gouvernement, dont le président américain Barack Obama, assistent aux cérémonies officielles en hommage à Nelson Mandela, retransmises également à la télévision.

Dans une ambiance festive, des dizaines de milliers de Sud-Africains et un parterre sans précédent de grands de ce monde rendaient mardi un dernier hommage à Nelson Mandela, qualifié par Barack Obama de "géant de l'Histoire".

"Nkosi sikelel' iAfrika", Que Dieu bénisse l'Afrique. C'est avec l'hymne sud-africain qu'a débuté la grande cérémonie d'adieu au héros universel de la réconciliation et du pardon, sous une pluie battante dans le stade de Soweto.

Pendant plusieurs heures avant l'ouverture officielle, la foule avait dansé et chanté, dans une longue célébration de la vie de celui qui a apporté la démocratie à l'Afrique du Sud. Les chants étaient les hymnes anciens de la lutte contre l'apartheid, donc beaucoup rendaient déjà hommage à Mandela.

"L'Afrique du Sud a perdu un père. Le monde a perdu un ami cher et un mentor", a déclaré le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon dans son éloge funèbre. "Ce plus grand de tous les baobabs a planté des racines qui ont poussé partout sur la planète", a-t-il poursuivi, "Nelson Mandela nous a montré la voie avec un coeur plus grand que ce stade et un sourire contagieux qui aurait pu en allumer les lumières. En fait, il a éclairé le monde."

Le président américain Barack Obama a serré la main de son homologue cubain Raul Castro, pendant l'hommage rendu mardi à Nelson Mandela à Soweto. Obama a offert cette poignée de main historique avant de monter à la tribune pour prononcer son discours, témoignant ainsi une nouvelle fois de sa volonté de se rapprocher des ennemis des Etats-Unis, a expliqué le responsable. Les deux pays sont en froid depuis le début des années 1960.

• Les chaînes de télévision ont modifié leurs programmes pour retransmettre en direct les cérémonies. Vous pouvez aussi les regarder sur internet. 


 

A savoir

Conduite par le roi Philippe et le premier ministre Elio Di Rupo, la délégation belge est composée  du ministre-président wallon Rudy Demotte, de son homologue flamand Kris Peeters et du ministre des Affaires étrangères Didier Reynders.

 

La pluie, signe de bénédiction

Keffiehs, fez, boubous, costumes sombres, soutanes... Les rangs des hôtes officiels reflétaient l'universalité du prestige de Nelson Mandela. "On nous avait suggéré de mettre une cravate noire", a raconté le Premier ministre britannique David Cameron à son arrivée dans le stade, "mais quand on entend cette clameur, quand on voit l'atmosphère de fête qui règne ici, il devient évident que les Sud-Africains veulent dire au revoir à ce grand homme, mais aussi célébrer sa vie et son héritage. Et je pense qu'ils ont raison".

Dans les jours qui ont suivi la mort du héros de la lutte anti-apartheid, survenue jeudi, "j'ai pleuré. Mais aujourd'hui est un jour de célébration", lançait Luyanda, une étudiante de 19 ans en esquissant un pas de danse à son arrivée au stade .

Mpumi Tshabalala, 29 ans, avait dormi devant le stade de Soweto. "Mandela a fait tellement pour l'Afrique du Sud. Venir, c'est le mieux que je puisse faire pour lui. C'est un honneur pour moi d'être ici", s'est émue la jeune femme.

"La pluie c'est un signe de bénédiction en Afrique", a ajouté une dame de 52 ans, parmi les premières à prendre place dans les gradins.

 

 

Enterré dans son village natal

Après la cérémonie d'hommage officiel, mardi, la dépouille du héros national sera exposée pendant trois jours au siège du gouvernement à Pretoria, des processions étant prévues chaque matin dans les rues de la capitale.

Elle sera transférée samedi vers le petit village de Qunu, dans le sud-est rural du pays, la terre des ancêtres xhosas de Mandela. C'est là qu'il sera enterré dimanche aux côtés de ses parents et de trois de ses enfants, lors d'une cérémonie traditionnelle, mêlant le culte chrétien et le rite xhosa.

Nelson Mandela sera enterré dimanche à Qunu, son village natal. La dépouille de l'ex-prix Nobel de la paix sera acheminée en procession dans la capitale Pretoria mercredi, jeudi et vendredi.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés