Au Brésil, Lula est sorti de prison

Des manifestants demandent la libération de l'ex-président brésilien. ©REUTERS

L'ancien président du Brésil Luiz Inacio Lula da Silva, dit Lula, a été autorisé à sortir de prison après un arrêt rendu la veille par la Cour suprême. Il était emprisonné depuis plus d'un an et demi. Cette libération n'est pas du goût de l'actuel président, Jaïr Bolsonaro.

L'ex-président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva était incarcéré depuis plus d'un an et demi pour corruption. Mais il peut à présent sortir de prison à la faveur d'un arrêt rendu jeudi soir par la Cour suprême.

Les magistrats de la plus haute juridiction du Brésil ont mis fin à une jurisprudence selon laquelle une personne peut être emprisonnée avant l'épuisement de tous ses recours si sa condamnation a été confirmée en appel, considérant qu'elle était inconstitutionnelle.

Encore des recours

Lula purgeait une peine de 8 ans et 10 mois de réclusion pour corruption pour avoir bénéficié d'un triplex dans une station balnéaire proche de Sao Paulo en échange de l'octroi de contrats à une entreprise. Il a été incarcéré en avril 2018, peu après sa condamnation en appel. Mais il disposait encore de recours devant des tribunaux supérieurs.

4.900
détenus
Selon le Conseil national de justice brésilien, 4.900 personnes pourraient bénéficier de cet arrêt

Immédiatement après le rendu de la décision, les avocats de la figure historique de la gauche brésilienne avaient annoncé qu'ils allaient demander la libération de "l'ancien président emprisonné de manière injuste depuis 579 jours". Ce qui est maintenant chose faite. 

D'autres détenus concernés par l'enquête anticorruption "Lavage Express" pourraient aussi être libérés. Les procureurs chargés de cette enquête ont immédiatement affirmé dans un communiqué que la décision de la Cour suprême allait à l'encontre "du sentiment de rejet de l'impunité" et de l'importance "du combat de la corruption, qui sont des priorités de notre pays".

Coup dur pour Bolsonaro

Rappelons que Lula était donné favori des sondages pour l'élection présidentielle d'octobre 2018, à laquelle il n'a finalement pas pu participer, laissant le champ libre à Jair Bolsonaro. Une libération de l'ex-président rebattrait les cartes politiques au Brésil... L'arrêt rendu par la Cour suprême est déjà en soi un coup rude pour le président actuel. Bolsonaro n'avait pas caché son souhait de voir l'ex-président de gauche, sa bête noire, "pourrir en prison". Il a choisi pour ministre de la Justice Sergio Moro, ex-juge qui avait condamné Lula en première instance en juillet 2017... Moro subit donc aussi un gros revers.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect