Dilma Rousseff première femme présidente du Brésil

Dilma Rousseff, la dauphine de Lula, a été élue dimanche la première femme présidente du Brésil.

Le Tribunal électoral suprême du Brésil a confirmé dimanche soir l'élection de Dilma Rousseff à la présidence du pays avec plus de 55% des voix.

L'héritière du président sortant, Luis Inacio Lula da Silva, était la grandissime favorite du second tour de scrutin l'opposant à l'ancien gouverneur de l'Etat de Sao Paulo, José Serra.

La candidate du Parti des Travailleurs (PT-gauche) a bénéficié de l'énorme popularité de Lula et du succès de sa politique qui a apporté la prospérité à ce pays de 193 millions d'habitants, grand comme deux fois l'Union européenne.

Dilma Rousseff a suivi les résultats avec le président Lula et devait prononcer une courte allocution dans un hôtel de Brasilia avant de célébrer sa victoire sur l'esplanade des ministères, au coeur de la capitale fédérale.

Les premiers résultats officiels ont été reçus par des ovations et des cris de joie au siège du comité de campagne de Rousseff, où arrivaient peu à peu ministres, gouverneurs et dirigeants de la coalition gouvernementale.

En votant dans la matinée dans sa ville de Porto Alegre (sud), elle avait déclaré attendre "avec confiance le résultat du vote", en raison du large avantage accordé par tous les sondages.

José Serra, qui a voté dans son fief de Sao Paulo dont il était gouverneur avant de se lancer pour la deuxième fois dans la course à la présidence, maintenait son espoir, en dénigrant les sondages. "Le peuple vote et décide. Maintenant nous allons attendre le résultat de tous les coins du pays", avait-il dit.

Lula ne pouvait se représenter après deux mandats successifs et doit transmettre le pouvoir à sa dauphine le 1er janvier. Il n'a rien dévoilé de ses projets d'avenir mais l'opposition le soupçonne de vouloir être l'éminence grise de sa protégée.

Samedi, celle-ci avait assuré que, si elle était élue, elle maintiendrait une relation "intime et forte" avec son mentor Lula.

 

Dénuée de charisme mais à la réputation de "dame de fer" quand elle était au gouvernement, Dilma Rousseff a combattu la dictature militaire dans les années 70 et a été emprisonnée pendant deux ans. Cette économiste se présentait pour la première fois à une élection.

Les deux candidats s'étaient engagés à poursuivre la politique de Lula qui a sorti de la pauvreté 29 millions de Brésiliens avec une économie en plein boum.

"J'ai voté pour l'humilité et la cause de Lula. Quand je vivais dans le Nord-Est les gens n'avaient même pas de vélo. Maintenant ils ont tous une voiture ou une moto", a déclaré à l'AFP Inacio Batista, un vendeur ambulant de galettes de maïs à Sao Paulo qui a voté pour Dilma Roussef.

Les derniers bureaux de vote ont fermé à 21H00 GMT.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés