Guaido rentre au Venezuela pour lancer des protestations

Juan Guaido a bravé une interdiction de sortie du territoire en se rendant en Colombie, pour coordonner l'aide humanitaire destinée au Venezuela, puis au Brésil, au Paraguay, en Argentine et en Equateur. Il se dit prêt à assumer le risque d'un retour au Venezuela, dont celui d'aller en prison. ©AFP

Le chef de l'opposition vénézuélienne, Juan Guaido, rentre au pays ce lundi. Il compte mener de nouvelles manifestations contre le président Nicolas Maduro. Il prend donc le risque d'être arrêté par les autorités...

Où se trouve actuellement Juan Guaido? C'est un peu le flou. Par contre, on sait que l'opposant au président Maduro rentre au Venezuela aujourd'hui, lundi. Pour rappel, il avait bravé une interdiction de sortie du territoire pour une mini-tournée dans la Colombie voisine, au Brésil, au Paraguay, en Argentine et en Equateur, s'est exprimé au côté de son épouse Fabiana, devant un drapeau vénézuélien. Il a appelé la population à manifester "dans tout le pays demain à 11H00 (15H00 GMT)".

→ Il risque une arrestation. Pourquoi?

Le retour de l'opposant représente un défi pour le président socialiste Nicolas Maduro, qui doit décider s'il l'arrête, au risque de provoquer une forte réaction internationale, ou s'il le laisse rentrer sans encombre et braver son autorité. Nicolas Maduro a répété cette semaine qu'en tant que chef du Parlement, son rival se devait de "respecter la loi" et que s'il rentrait au pays, il devrait "rendre des comptes à la justice". Guaido fait l'objet d'une enquête de la Cour suprême pour "usurpation" de pouvoir. Il est à ce titre interdit de sortie du territoire et a vu ses avoirs gelés, même s'il n'a pas jusqu'à présent été formellement mis en accusation.

"Le défi est déjà allé très loin! S'il rentre et qu'ils l'arrêtent, ça risque de provoquer de fortes réactions au plan national et international. C'est un risque permanent pour Maduro", a expliqué à l'AFP l'analyste politique Luis Salamanca.

Les Etats-Unis et les treize pays du Groupe de Lima, qui soutiennent pour la plupart Guaido, ont exprimé leurs préoccupations concernant la sécurité de l'opposant. Dimanche, l'Union européenne a de nouveau mis en garde sur Twitter contre toute intervention sur la personne de l'opposant: "Toute atteinte à la liberté, la sécurité ou l'intégrité personnelle de @jguaido constituerait une escalade des tensions et serait fortement condamnée". Le gouvernement américain, qui n'écarte pas une intervention militaire dans le pays, a aussi prévenu que s'il arrivait quelque chose à  Guaido, "il y aurait des conséquences".

Situation politique et économique préoccupante

Le Venezuela traverse depuis une quarantaine de jours une série de turbulences politiques, en plus d'une violente crise économique et d'une hyperinflation estimée à 10 millions de pour cent par le FMI sur l'année, provoquant des pénuries de produits de base et de médicaments.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect