L'explosion de colère sociale a fait 18 morts au Chili

©REUTERS

De nouvelles manifestations devaient se dérouler au Chili ce mercredi, au premier jour d'une grève générale susceptible d'attiser une crise sociale qui a déjà fait 18 morts, dont un enfant de quatre ans.

Le Chili reste secoué par une violente crise alors que les principaux syndicats et acteurs sociaux ont appelé à la grève générale ces mercredi et jeudi. Manifestations et pillages ont déjà fait 18 morts, dont un enfant de quatre ans. Neuf des seize régions du pays sont sous état d’urgence. Des militaires patrouillent dans les rues pour la première fois depuis la fin de la dictature du général Augusto Pinochet, en 1990. L’annonce d’une hausse de 3,75% du prix du ticket de métro - suspendue depuis - a déclenché les premières manifestations vendredi dernier.

©EPA

Elles ont muté depuis en un mouvement social majeur, nourri par la colère face à la situation socio-économique et aux inégalités. Les travailleurs des mines de cuivre - dont le Chili est premier producteur mondial - ont rejoint les rangs des protestataires. Le président conservateur Sebastian Piñera a pris mardi un virage social, proposant notamment l’augmentation de 20% du minimum retraite, le gel des tarifs de l’électricité et une hausse du salaire minimum. Mais sans parvenir à freiner la contestation.

©AFP

©AFP

©AFP

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect