La Bolivie a une présidente ad interim, Morales dénonce un coup d'Etat

Jeanine Añez: "j'assure immédiatement la présidence comme prévu par l'ordre constitutionnel." ©REUTERS

La présidente du Sénat, Jeanine Añez, s'est proclamée présidente intérimaire de la Bolivie suite au départ du dirigeant socialiste Evo Morales.

"Du fait de l'absence définitive de président et de vice-président (...), en tant que présidente de la Chambre des sénateurs, j'assure immédiatement la présidence comme prévu par l'ordre constitutionnel." La sénatrice Jeanine Añez s'est ainsi proclamée présidente par intérim de la Bolivie. Une annonce aussitôt qualifiée de "coup d'État" par l'ex-président Evo Morales en exil au Mexique.

Nous souhaitons convoquer des élections au plus vite.
Jeanine Añez
Présidente ad interim de la Bolivie

Jeanine Añez, 52 ans, deuxième vice-présidente du Sénat, a balayé l'absence de quorum au Parlement, arguant de "la nécessité de créer un climat de paix sociale" dans le pays secoué par une grave crise politique depuis l'élection présidentielle fin octobre. "Nous souhaitons convoquer des élections au plus vite", a ajouté la sénatrice de droite. Selon la Constitution, une élection présidentielle doit être convoquée dans les 90 jours suivant la démission du chef de l'État.

Coup d'État?

"Le coup d'État le plus astucieux et le plus odieux de l'histoire a eu lieu", a aussitôt réagi sur Twitter l'ex-chef de l'État socialiste depuis son exil au Mexique, dénonçant la proclamation de Jeanine Añez, "entourée d'un groupe de complices et dirigée par l'armée et la police qui répriment le peuple". Morales a promis de poursuivre "la lutte", affirmant qu'il ne cesserait pas de "faire de la politique". "Tous les peuples ont le droit de se libérer", a dit celui qui a longtemps incarné un symbole d'émancipation pour les populations indigènes de son pays.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect