La justice brésilienne bloque WhatsApp sur tout le territoire

Une juge de l’état de Rio de Janeiro a bloqué mardi la messagerie WhatsApp sur tout le territoire brésilien. ©EPA

Une juge de l'état de Rio de Janeiro a bloqué mardi la messagerie WhatsApp pour rétention d'informations.

Dans la décision de 19 pages, la juge Daniela Barbosa explique avoir bloqué la célèbre messagerie car Facebook, sa maison-mère, a refusé de transmettre des informations sur une enquête policière. 

La juge Daniela Barbosa a bloqué WhatsApp sur tout le territoire national.

La juge a donc ordonné à Embratel, entreprise de téléphonie fixe, et Anatel (l'Agence nationale de télécommunications), ainsi qu'à tous les opérateurs de téléphonie mobile du pays de "suspendre immédiatement l'application WhatsApp", sous peine d'une "amende de 50.000 réais (près de 14.000 euros) par jour".
Peu après la décision judiciaire, WhatsApp continuait, malgré l'interdiction, de fonctionner à la mi-journée au Brésil. Un porte-parole de la messagerie au Brésil a indiqué ne "pas faire de commentaire pour le moment".

C'est la quatrième fois depuis février 2015 que cette application très populaire, qui permet d'échanger des messages, des photos ou des vidéos, est bloquée dans ce pays.

Une décision avec précédent 

Le juge brésilien Marcel Montalvao avait ordonné en mai dernier aux opérateurs de télécommunications de bloquer la messagerie WhatsApp pendant septante-deux heures pour "rétention d’informations" dans le cadre d’une enquête. Le tribunal du Sergipe, dans le nord-est du Brésil, avait considéré un recours déposé par la police fédérale et appuyé par le parquet, qui demandait de lever le secret sur les messages liés à une enquête sur un trafic de drogue. Le tribunal avait bien justifié sa décision par le fait que Facebook, propriétaire de l’application, n’a pas fourni les informations requises sur un groupe local de trafiquants.

©REUTERS

Le même juge avait ordonné en mars la détention préventive de l’Argentin Diego Dzodan, vice-président de Facebook en Amérique latine. Celui-ci avait été arrêté et questionné quelques jours plus tôt à Sao Paulo pour avoir refusé à plusieurs reprises de collaborer durant l'enquête sur une bande de trafiquants qui communiquaient par WhatsApp. L’application avait déjà été bloquée en décembre pendant douze heures, pour ces mêmes raisons de rétention d’informations. Le blocage, qui avait agacé des millions d’utilisateurs, avait été annulé par une cour d’appel.

Les applications comme WhatsApp sont très prisées au Brésil en raison de leur coût, qui est moindre que celui d'un SMS.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés