Publicité

Le Venezuela rompt ses relations diplomatiques avec les Etats-Unis

La télévision publique a diffusé des images de Nicolas Maduro apparaissant au balcon du palais présidentiel pour saluer ses partisans. Il a déploré un coup d'Etat de l'opposition et annoncé que le Venezuela rompait ses relations diplomatiques avec les Etats-Unis. ©AFP

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a annoncé la rupture des relations diplomatiques entre Caracas et Washington après la reconnaissance par Donald Trump de l'opposant Juan Guaido comme chef d'Etat par intérim. Maduro a aussi donné 72 heures au personnel diplomatique américain pour quitter le Venezuela.

Juan Guaido, le président du Parlement vénézuélien contrôlé par l'opposition, s'est autoproclamé ce mercredi "président" par intérim du pays, immédiatement reconnu par les Etats-Unis, et leurs alliés dans la région, le Brésil et la Colombie. A la suite de l'annonce, des heurts ont éclaté entre forces de l'ordre et partisans de l'opposition à Caracas. 

En réponse, le président Maduro a annoncé que son pays rompait ses relations diplomatiques avec "le gouvernement impérialiste des Etats-Unis", donnant 72 heures aux représentants diplomatiques nord-américains pour quitter le pays. 

Les blancs contre les rouges 

Les opposants au régime Maduro ©REUTERS

Opposants et partisans du président Nicolas Maduro sont descendus en masse dans les rues mercredi dans tout le pays, dans un climat de haute tension. Cinq personnes sont mortes dans des troubles précédant les manifestations. Les opposants, dont nombreux s'étaient vêtus de blanc, se sont réunis dans plusieurs quartiers de la capitale et d'autres régions du pays pour exiger un "gouvernement de transition" et de nouvelles élections. De leur côté, les partisans du gouvernement, habillés de rouge pour la plupart, se sont retrouvés dans d'autres points de la capitale pour apporter leur soutien au chef de l'Etat et rejeter les revendications de l'opposition, qu'ils considèrent comme une tentative de coup d'Etat orchestrée par Washington. 

Ces mobilisations sont organisées dans un climat explosif, deux jours après le bref soulèvement d'un groupe de 27 militaires qui se sont retranchés quelques heures dans une caserne du nord de Caracas, en lançant des appels à l'insurrection. Ils ont été rapidement arrêtés. Dans la foulée du soulèvement des militaires, une trentaine d'émeutes ont été enregistrées dans des quartiers populaires de la capitale et de sa banlieue. Dans la nuit, des chars anti-émeutes ont patrouillé dans la capitale. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés