Plusieurs milliers de Colombiens ont manifesté dimanche pour Uribe

Plusieurs milliers de Colombiens ont marché dimanche pour rendre hommage au président colombien sortant Alvaro Uribe, qui quittera le pouvoir le 7 août après huit ans au pouvoir, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Le président sortant, qui fêtait dimanche ses 58 ans, s'est pour sa part adressé à ses concitoyens depuis Medellin (400 km au nord-ouest de Bogota) en indiquant qu'il demanderait à son successeur Juan-Manuel Santos de lui permettre d'être un "informateur" de l'armée.

Pour informer, "je ne porterai pas d'arme, juste un téléphone portable", a déclaré M. Uribe, dont le cheval de bataille a été depuis son arrivée au pouvoir en 2002 la lutte contre la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes).

Des marches en son honneur auxquelles ont participé des milliers de personnes ont été organisées dans la capitale, à Medellin et à Cali notamment. "Alvarito on t'aime, jamais nous ne t'oublierons", chantait Olivia Bermudez, une sexagénaire marchant dans l'une des principales avenues de Bogota, où une affiche décrivait aussi Alvaro Uribe comme le "meilleur président de la Colombie depuis 200 ans", lorsque le pays est devenu indépendant.

Dans la capitale certains opposants s'étaient toutefois glissés dans la foule: "Il semble que l'on ait perdu la mémoire pour soutenir un président qui a violé les droits de l'homme, puni les pauvres et renforcé les riches", lisait-on aussi sur une pancarte.

Les manifestations de dimanche ont été organisées par des étudiants par le biais du réseau social Facebook sur internet, avec le soutien d'hommes d'affaires.

Alvaro Uribe, qui a mené une politique de droite, avait été ré-élu en 2006 suite à une réforme controversée de la Constitution qui lui a permis d'être une nouvelle fois candidat. Celle-ci fait aujourd'hui l'objet d'une enquête judiciaire suite à des soupçons d'achat de votes d'élus.

Ses partisans avaient souhaité qu'il puisse à nouveau se présenter en 2010, mais le référendum qui devait être organisé pour lui permettre de se représenter a été invalidé fin février par la Cour constitutionnelle.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés