Un scrutin déterminant pour la paix en Colombie

L'ex-président Alvaro Uribe devrait triompher. ©REUTERS

Les bureaux de vote sont ouverts. La droite part favorite dans ces élections législatives. Elle est opposée à l'accord de paix avec les Farc.

Les Colombiens ont commencé à voter ce dimanche pour des législatives où la droite, opposée à l'accord de paix avec les Farc, part favorite, mais où les ex-guérilleros participent aussi, pour la première fois en plus de 50 ans de conflit armé.

Le scrutin devrait se dérouler dans le silence des fusils: les Farc, désarmées, ont quitté la jungle pour l'arène politique, et l'ELN, dernière guérilla active, observe un cessez-le-feu unilatéral pour l'occasion.

L'accord de paix signé en novembre 2016 par le président Juan Manuel Santos avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) garantit 10 des 280 sièges du prochain Congrès à l'ancienne guérilla marxiste, devenue la Force alternative révolutionnaire commune, sous le même acronyme.

Dans un pays où l'abstention flirte avec les 60% et où la gauche est divisée, la droite dure pourrait emporter la majorité absolue au Parlement et peser sur la prochaine présidentielle. Les forces de droite sont emmenées par le sénateur et ex-président Alvaro Uribe et son parti, le Centre démocratique (CD), qui devrait triompher.

Bien qu'elle l'ait promis, la droite pourra difficilement jeter aux orties ce texte, dont un point majeur, le désarmement des 7.000 guérilleros des Farc, est effectif. Mais elle pourrait bloquer la mise en oeuvre du reste du pacte, dont la réforme agraire et la justice spéciale de paix. Les ex-rebelles doivent avouer leurs crimes, dédommager les victimes et les repentis pourront bénéficier de peines alternatives à la prison, ce qu'elle rejette.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés