3.800 détenus pour 800 places, dans l'enfer d'une prison aux Philippines

©AFP

Aux Philippines, la surpopulation carcérale atteint un niveau critique. Immersion dans un pénitentier de Quezon City, où près de 3.800 détenus s'entassent dans un espace conçu pour en accueillir près de 5 fois moins.

Selon l'Institut pour la recherche sur les politiques pénales de l'Université de Londres, le système carcéral philippin est le troisième plus surpeuplé au mondeIl compterait près de cinq fois plus de détenus que de places, d'après les chiffres du gouvernement de l'archipel. 

©AFP

Le photoreporter français Noel Celis est parvenu à mettre des images sur ces statistiques affolantes.

Ses clichés témoignent de la réalité dans la prison de Quezon City. Dans cet établissement, situé au nord de Manille, près de 3.800 détenus s'entassent dans un lieu prévu pour en héberger 800.  

Dans un tel contexte, la recherche du moindre carré d'espace devient un combat de tous les instants. Les détenus dorment chacun leur tour sur le sol fissuré d'une cour de basket extérieure, sur les marches des escaliers, dans des hamacs de fortune, ou encore sous les lits. 

©AFP

"Beaucoup de gens deviennent fous. Ils n'arrivent plus à penser. Il y a tellement de monde. Au moindre mouvement minuscule, on se heurte à quelque chose ou à quelqu'un", témoigne un détenu, qui croupit dans ces lieux depuis 14 ans. 

 Le gouvernement du pays, qui ne semble guère s'en soucier, se contente  du service minimum en ne consacrant que l'équivalent d'un euro par jour en nourriture par détenu.

Rodriguo Duterte, président des Philippines depuis juin dernier. ©EPA

 La situation dans les prisons du pays semble avoir empiré depuis l'arrivée de Rodrigo Duterte au poste de président.

Selon la police du pays, quelques 4.300 trafiquants ou usagers de drogue présumés ont été arrêtés le 30 juin dernier, date de sa montée au pouvoir. Dans le même temps, le nouveau président incite la population à se faire justice elle-même et appelle ouvertement les citoyens à abattre des criminels s'ils le peuvent.

©AFP

©AFP

 


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés