Publicité

"Avec leurs tarifs, les USA vont mettre le feu au monde"

©AFP

Ce vendredi, Washington et Pékin basculeront dans une guerre commerciale où une escalade semble plus qu'une probabilité.

Le ministère chinois du Commerce a estimé que les États-Unis allaient "ouvrir le feu sur le monde entier" avec leurs projets de droits de douane sur les produits en provenance de Chine.

Les États-Unis ont annoncé qu'ils allaient appliquer des droits de douane sur 34 milliards de dollars  (29 milliards d'euros) de produits chinois; et ce dès 6 juillet. Riposte de la Chine: dès ce vendredi minuit (heure de Pékin), 34 milliards de dollars de produits américains seront imposés d'une taxe chinoise. La riposte chinoise vise essentiellement des produits agricoles (soja, sorgho, cerises, porc, whisky...).

De riposte en riposte

Réaction américaine: Donald Trump a déjà annoncé que cela entraînerait d'autres mesures. 

Il a ainsi demandé à Robert Lighthizer, représentant au Commerce, "d'identifier 200 milliards de dollars de biens chinois en vue de taxes supplémentaires de 10%". Il s'est dit aussi prêt à taxer encore 200 milliards de dollars de biens additionnels. Ces mesures pourraient donc porter à 450 milliards la valeur des produits chinois taxés, soit la grande majorité des importations venues du géant asiatique (505,6 milliards USD en 2017).

Washington a aussi demandé lundi, via son administration nationale des télécommunications et de l'information de recommander le rejet de la demande de China Mobile de pouvoir opérer sur le marché américain. En cause: des raisons de sécurité nationale. ZTE est aussi dans le viseur. Le Congrès veut empêcher le groupe télécom chinois d'acheter les composants américains essentiels à sa production. Donald Trump aurait toutefois un avis opposé au Congrès, il faut dire que, selon la presse, la Trump Organization est actuellement impliquée dans un projet immobilier indonésien avec la Chine.   

Réaction chinoise: les représailles futures pourraient prendre d'autres formes:

→ un durcissement des réglementations auxquelles doivent se plier les investisseurs américains en Chine
→ un appel au boycott des produits américains
Décourager les touristes chinois voulant se rendre aux États-Unis. L'ambassade chinoise à Washington évoquait la semaine dernière les risques de fusillades, de vols, les coûts des soins de santé. Il faut dire qu'en 2016, 3 millions de Chinois s'étaient rendus aux États-Unis pour des dépenses moyennes de 7.000 dollars par personne.

Une escalade qui inquiète

Malgré les mises en garde alarmistes et la nervosité des marchés, les États-Unis et la Chine vont donc entrer en cette fin de semaine de plain-pied dans une guerre commerciale. "La Chine ne cédera pas à la menace ni au chantage," indique-t-on à Pékin. 

Dans une analyse intitulée "la mauvaise approche", la Chambre de commerce américaine a ainsi estimé à "environ 75 milliards de dollars" le montant des exportations américaines touchées jusqu'à maintenant par les mesures de rétorsion des partenaires commerciaux des États-Unis. Elle cite notamment six états particulièrement affectés, qui s'étaient tous prononcés en faveur de Donald Trump lors de la dernière élection présidentielle en 2016:

  • Alabama
  • Michigan
  • Pennsylvanie
  • Caroline du sud
  • Texas 
  • Wisconsin

Même inquiétude du côté du FMI. Le fonds monétaire explique que la politique américaine "pourrait avoir des effets néfastes au-delà de l'économie de la première puissance mondiale, en provoquant des mesures de représailles et en sapant un système commercial multilatéral basé sur des règles d'ouverture et d'équité". 

"Les mesures américaines s'attaquent essentiellement aux chaînes de l'approvisionnement mondial et de la valeur", déclare Gao Feng, porte-parole du ministre. "Pour le dire simplement, les États-Unis ouvrent le feu sur le monde entier, y compris sur eux-mêmes." De nombreuses entreprises américaines assemblent en Chine et exportent ensuite leurs produits aux États-Unis.

Selon Gao Feng, le commerce extérieur de la Chine devrait toutefois rester stable au second semestre, même si les investisseurs craignent qu'un véritable différend commercial sino-américain ne porte préjudice aux exportations chinoises et à son économie.

Des responsables européens indiquent que la Chine ferait pression sur l'Union européenne pour qu'une déclaration commune forte soit publiée contre la politique commerciale du président américain Donald Trump.

Epargnons l'automobile, plaide l'industrie allemande

L'industrie allemande plaide pour renoncer aux droits de douane envisagés par les Etats-Unis comme par l'Union européenne dans le secteur automobile, reprenant à son compte une offre formulée la veille par l'ambassadeur américain à Berlin.

"Il vaut mieux discuter d'une baisse des taxes plutôt que poursuivre l'escalade" du conflit commercial "avec de nouvelles taxes", estime le patron de la chambre de commerce et d'industrie allemande (DIHK), Martin Wansleben.

Dans un communiqué, il estime "judicieuse" l'issue proposée mercredi soir par l'ambassadeur des Etats-Unis en Allemagne, Richard Grenell, aux représentants des constructeurs allemands BMW, Daimler et Volkswagen et de l'équipementier Continental. Lors de cette rencontre, Grenell a offert de renoncer de part et d'autre aux taxes frappant les importations d'automobiles, affirme le quotidien Handelsblatt.

Selon le journal, il reviendrait aux industriels du secteur d'assurer le lobbying d'une telle solution auprès du gouvernement allemand, de la Commission européenne, et des constructeurs français et italiens.

Sur le plan politique, la chancellière Angela Merkel affirme soutenir un abaissement des droits de douane européens sur l'automobile, conformément à une demande des Etats-Unis. "Lorsque nous voulons négocier des droits de douane, sur l'automobile par exemple, nous avons besoin d'une position européenne commune et nous sommes encore en train d'y travailler." 

Et d'ajouter: "Je serais prête à soutenirdes négociations sur une réduction des droits de douane maisnous ne pourrions pas le faire pour les Etats-Unis seulement."

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés