Ce que les experts de l'OMS vont chercher à Wuhan

Un homme appuyé sur une barrière isolant un quartier de Wuhan, le 14 avril 2020. ©AFP

Les experts de l'Organisation mondiale de la santé sont attendus en Chine cette semaine pour enquêter sur l'origine du Covid-19. Voici ce qu'ils espèrent y découvrir.

Un an et quelques jours après que Pékin a officiellement informé l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de cas de "pneumonies de cause inconnue" à Wuhan, une équipe internationale d’experts est enfin envoyée sur le terrain pour enquêter sur l'origine du Covid-19. Leur mission doit démarrer dans le courant de "la première semaine de janvier", mais elle commencera par une quatorzaine d'isolement à l'hôtel. Ils auront ensuite trois à quatre semaines pour mener leurs investigations.

"L'étude s'appuiera donc sur les informations existantes et augmentées, plutôt que de dupliquer les efforts en cours ou existants."
OMS

Les dix experts réunissent un large éventail de compétences (santé publique, santé animale, épidémiologie, sécurité alimentaire...) et ont pour point commun d’appartenir au Global Outbreak Alert and Response Network de l'OMS. L’équipe comporte notamment la virologue néerlandaise Marion Koopmans, qui a lié la diffusion du virus MERS aux dromadaires, ou encore le zoologiste britannique Peter Daszak, spécialiste des coronavirus. D’aucuns voient dans la présence de ce dernier un risque de conflit d’intérêts: il a travaillé pendant quinze ans avec l’institut virologique de Wuhan (WIV).

L’objectif est de répondre à une triple question: où, quand et comment le virus a-t-il été transmis à l’être humain? "Si nous ne connaissons pas la source, alors nous restons aussi vulnérables dans le futur à une épidémie similaire", soulignait en octobre le directeur urgences sanitaires de l'OMS, Michael Ryan. La mission est balisée par des termes de référence qui prévoient d’identifier l'origine animale du virus, son chemin de transmission à l'être humain et le rôle possible d'hôtes intermédiaires. Ces études exploratoires baliseront des études de plus long terme qui pourraient être conduites "ailleurs en Chine, dans des pays voisins et dans le monde": l'épidémie de Covid-19 a pu se diffuser en silence, y compris hors de Chine, avant d'apparaître à Wuhan.

Pourquoi le marché reste au coeur de l'attention?

La diffusion du virus à partir du marché alimentaire de Wuhan reste au cœur de l’attention des experts pour une raison simple: 70% des 41 premiers cas identifiés y étaient liés. A-t-il été une source de contamination ou a-t-il seulement agi comme amplificateur de la transmission? Un des espoirs est d'y avancer dans la recherche d'un intermédiaire qui aurait pu transmettre le virus de la chauve-souris à l'être humain.

"Je serais personnellement heureuse de toute forme de visite (...), mais ce n'est pas moi qui décide."
Shi Zhengli
Virologue du WIV

La stratégie prévoit notamment la cartographie des activités, échanges et chaînes d’approvisionnement du marché à l’époque de l’apparition du virus. L'enquête consiste aussi en analyses des données d’hôpitaux en quête de cas datant d’avant décembre 2019 et autres études épidémiologiques. Pas question cependant de refaire le travail déjà entrepris par les experts chinois: "L'étude s'appuiera donc sur les informations existantes et augmentées, plutôt que de dupliquer les efforts en cours ou existants", indique son cahier des charges.

La piste de l'accident de laboratoire, nourrie par la présence du WIV, sera-t-elle explorée? "Je serais personnellement heureuse de toute forme de visite (...), mais ce n'est pas moi qui décide», disait fin décembre à la BBC la virologue du WIV Shi Zhengli, célèbre pour ses travaux sur les chauves-souris. Dans un article qu'il cosignait dès février dans la revue The Lancet, Peter Daszak avait qualifié de conspirationnistes les thèses qui suggèrent que le Covid-19 pourrait ne pas être d'origine naturelle. En décembre, Marion Koopmans a quant à elle indiqué qu'aucun scénario ne serait exclu, y compris l'improbable accident de laboratoire – sans préciser si une visite au WIV était au programme.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés