Coronavirus: douze Belges de retour de Wuhan

L'avion français dans lequel se trouvent 12 Belges de retour de Wuhan. ©via REUTERS

Douze Belges de retour de Wuhan, berceau de l'épidémie de coronavirus, ont atterri dimanche soir à Melsbroek. Par ailleurs, les Philippines ont signalé le premier décès en dehors de la Chine.

L'avion qui transportait neuf Belges, trois de leurs proches et des personnes d'autres nationalités rapatriés de Chine a atterri dimanche à 21h à la base militaire de Melsbroek, après avoir fait escale à la base française de Istres près de Marseille (sud-est) plus tôt dans la journée. 

©Belga

Les 12 personnes ont été prises en charge à l'hôpital militaire de Neder-Over-Heembeek où elles seront isolées. Il est impératif que la quarantaine entamée en Chine soit poursuivie, d'après la ministre de la Santé Maggie De Block qui a également indiqué que les autorités prendront des mesures préventives, alignées sur les recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé et sur les mesures des pays voisins.

À l'issue de la période d'isolation, les rapatriés qui se révèleraient infectés par le coronavirus seront pris en charge à l'hôpital Saint-Pierre à Bruxelles, spécialisé dans l'accueil de ce type de patients, où ils pourront être soignés. 

Un premier mort en dehors de Chine

Par ailleurs, un nombre croissant de pays ont décidé la fermeture de leurs frontières aux personnes en provenance de Chine. Le virus s'était déjà propagé à 24 pays, dont des pays européens voisins de la Belgique. Mais personne n'en était encore officiellement mort en dehors de Chine. Un premier décès a été annoncé ce dimanche, aux Philippines. Il s'agit, selon l'OMS, d'un Chinois de 44 ans originaire de Wuhan. Une information qui relance les inquiétudes concernant la propagation à travers la planète de cette épidémie qui a déjà fait plus de 300 morts.

Les États-Unis, l'Australie et Israël ont interdit l'entrée sur leur territoire aux étrangers s'étant rendus en Chine dans les 14 derniers jours. La Mongolie, la Russie et le Népal ont fermé leurs frontières terrestres avec la Chine alors que la Papouasie Nouvelle-Guinée a fermé mercredi ses entrées aériennes et maritimes à tous les voyageurs étrangers en provenance d'Asie.

Après Wuhan, Wenzhou confinée

Après Wuhan, la ville chinoise de Wenzhou a imposé le confinement de ses plus de 9 millions d'habitants. Avec 265 cas de contamination, Wenzhou, l'une des villes de Chine les plus touchées, a annoncé dimanche des mesures similaires. Les habitants de cette ville portuaire, située à environ 800 kilomètres à l'est de Wuhan, ont désormais l'obligation de rester chez eux. Seule une personne par foyer est autorisée à sortir une fois tous les deux jours pour faire les courses. Les transports publics sont suspendus ainsi que les autocars longue distance. Les grands axes routiers sont presque entièrement fermés.

Près de 14.500 personnes contaminées

A Pékin, toute personne entrant en ville est contrôlée, selon les autorités chinoises. ©REUTERS

En Chine, les autorités ayant annoncé que 45 personnes étaient décédées au cours des dernières 24 heures, sur les 304 qui ont succombé au virus à ce jour. Le nombre des infections confirmées dans l'ensemble de la Chine a lui aussi augmenté pour s'établir dimanche à près de 14.500. Ce chiffre dépasse désormais le nombre d'infections enregistrées lors de l'épidémie du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), un coronavirus qui avait fait en 2002-2003 un total de 774 morts, dont la majorité en Chine continentale et à Hong Kong.

Ce virus est apparu au pire moment pour la Chine, des centaines de millions de Chinois voyageant lors des congés du Nouvel An lunaire, qui a commencé officiellement le 24 janvier. Ces congés, au cours desquels la plupart des Chinois rentrent dans leurs familles, devaient prendre fin vendredi mais ils ont été prolongés jusqu'à lundi pour laisser plus de temps aux autorités pour faire face à la crise. Alors que le Hubei et certaines grandes villes, dont Shanghai, ont prolongé cette période, de nombreux habitants mettaient fin dimanche à leurs vacances.

Le virus franchit de nouvelles frontières

Selon l'agence Chine nouvelle, les autorités ont ordonné des contrôles de température à tous les points de sortie et d'entrée de la capitale Pékin. Les passagers sont également tenus de remplir un formulaire sur leur état de santé. Les personnes de retour à leur domicile sont contrôlées dans leur résidence. Dans de nombreuses stations de métro, la fièvre est contrôlée, ainsi que dans de nombreux bureaux et cafés.

Ces mesures de contrôle et de confinement pourraient avoir ralenti la propagation du virus mais ne l'ont pas arrêtée. Au cours du week-end, la Grande-Bretagne, la Russie et la Suède ont annoncé leurs premiers cas confirmés.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés