Coronavirus: la Chine va injecter 156 milliards d'euros dans son économie

Le coronavirus a fait 250 morts en Chine. ©REUTERS

La Chine va mettre en place des mesures monétaires et de soutien au crédit pour les entreprises qui contribuent à lutter contre l'épidémie de coronavirus, a annoncé la Banque centrale chinoise. La maladie a déjà fait plus de 300 morts dans le pays et un premier décès en dehors des frontières chinoises a été annoncé.

La banque centrale chinoise a annoncé ce dimanche qu'elle allait injecter 1.200 milliards de yuans (156 milliards d'euros) afin de soutenir une économie mise à mal par l'épidémie de pneumonie virale. Cette opération aura lieu lundi lorsque les marchés financiers chinois rouvriront après le long congé du Nouvel an lunaire, prolongé en raison du nouveau coronavirus.

Le gouvernement chinois avait annoncé samedi qu'il allait apporter son soutien aux entreprises clés et inciter les institutions financières à allouer un "niveau de crédits suffisant" pour les hôpitaux et les autres organisations médicales. Ceci afin de permettre de couvrir leurs besoins financiers pour un large éventail d'activités, de l'achat de fournitures médicales à la construction d'infrastructures sanitaires. La Banque populaire de Chine va aussi maintenir un "niveau raisonnable et suffisant" de liquidité monétaire pour faciliter l'accès au crédit. Des services financiers différenciés seront fournis aux régions et aux secteurs économiques touchés par le virus, a-t-elle fait savoir.

La BPC a appelé les institutions financières à éviter de couper "aveuglement" dans les crédits consentis aux petites entreprises ou à certains secteurs économiques comme la distribution.

L'industrie manufacturière pourra aussi bénéficier de cette politique de soutien au crédit. La banque centrale prévoit de baisser les taux d'emprunt et d'augmenter l'encours des prêts, qu'il s'agisse des prêts à moyen ou long terme, pour aider les entreprises à surmonter la crise.

Douze Belges de retour de Wuhan

L'avion qui doit rapatrier des Européens de la ville chinoise de Wuhan, considérée comme le berceau de l'épidémie coronavirus, a décollé dans la nuit de samedi à dimanche à 2h30. Il doit rejoindre Istres en France avant de gagner Melsbroek dans la soirée, a fait savoir le ministère néerlandais des Affaires étrangères. Douze Belges figurent parmi les passagers.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés