État d'urgence au Japon: les JO de Tokyo se dérouleront à huis clos

Le CIO n'avait pas exclu, en juin dernier, la possibilité d’organiser des compétitions à huis clos si la situation épidémiologique du pays venait à se dégrader à nouveau. ©REUTERS

Le Japon s'est prononcé en faveur d'un nouvel état d'urgence sanitaire durant des JO, privant les supporters locaux d'accès aux compétitions sportives.

Énième rebondissement dans la saga des Jeux olympiques de Tokyo. Face à l'évolution inquiétante des chiffres, le Premier ministre japonais Yoshihide Suga a confirmé, ce jeudi, son intention de rétablir un état d'urgence sanitaire jusqu'au 22 août. Ce dernier sera instauré pendant toute la durée des compétitions sportives, prévues du 23 juillet au 8 août, qui se dérouleront donc sans spectateurs.

"Il est primordial d'éviter que Tokyo ne soit à l'origine d'une nouvelle flambée de cas dans tout le pays."
Yoshihide Suga
Premier ministre japonais

La décision a été actée à la suite de discussions entre le gouvernement, les organisateurs de Tokyo et les représentants des Jeux olympiques et paralympiques.

"Il est regrettable que les Jeux se déroulent dans un format limité, a déclaré la présidente de Tokyo 2020, Seiko Hashimoto, lors d'une réunion d'information, ajoutant ses excuses à ceux qui avaient déjà acheté leurs billets. Le Premier ministre Yoshihide Suga a quant à lui déclaré qu'il est "primordial d'éviter que Tokyo ne soit à l'origine d'une nouvelle flambée de cas dans tout le pays".

Des chiffres préoccupants

La situation épidémiologique du Japon inquiète. Après avoir enregistré un nouveau pic en mai, le Japon était redescendu à un plateau bas de 1.400 nouveaux cas par jour en moyenne.

2.000
Nouveaux cas
Le Premier ministre japonais estime aussi que 1.000 nouveaux cas quotidiens de Covid-19 pourraient être enregistrés en juillet à Tokyo et 2.000 en août.

Mais la tendance semble à nouveau à la hausse: selon l'indicateur de Reuters, le pays fait actuellement face à une augmentation de 7% depuis la semaine dernière, avec 1.583 nouvelles contaminations quotidiennes.

À Tokyo, les autorités sanitaires ont recensé, jeudi, 896 nouveaux cas en 24 heures, un nombre proche du pic atteint en mai. Selon le Premier ministre japonais, 1.000 nouveaux cas quotidiens de Covid-19 pourraient être enregistrés en juillet à Tokyo et 2.000 en août. Il indique aussi que le variant Delta, plus infectieux et contagieux, représente désormais environ 30% des contaminations au Japon.

Un huis clos prévisible

L'annonce ne surprend guère la population japonaise, qui a fermement marqué son désaccord sur l'ouverture des JO, en mai dernier. Plus de 352.000 personnes avaient, en effet, signé une pétition pour annuler l'évènement.

Pour protéger et rassurer la population, le Comité d’organisation des JO et les autorités s'étaient prononcés, anticipativement, en faveur de mesures strictes. Le gouvernement japonais avait aussi interdit aux spectateurs étrangers de se rendre au Japon pour assister à l'évènement, n’autorisant l’accès à la compétition qu’aux supporters locaux.

Les autorités du pays avaient alors initialement limité, conjointement avec le CIO, la capacité de chaque site à 10.000 spectateurs, pour autant que ce nombre ne dépasse pas"50% de la capacité des stades".  Le CIO n'avait toutefois pas exclu, à l'époque, la possibilité d’organiser des compétitions à huis clos si la situation épidémiologique du pays venait à se dégrader à nouveau.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés