Flexibilité en vue pour le taux du yuan

La banque centrale de Chine a indiqué samedi qu'elle encourageait à poursuivre la réforme du mécanisme de taux de change de la monnaie chinoise, sujet de contentieux entre Pékin et ses partenaires commerciaux.

"La banque centrale de Chine a décidé de continuer à soutenir la réforme du mécanisme du taux de change du RMB (yuan) et de renforcer la flexibilité du taux de change du RMB", a indiqué la banque sur son site internet.

Cette annonce intervient à une semaine de l'ouverture du sommet du G20 à Toronto (Canada, 26 et 27 juin) alors que les pressions, essentiellement américaines, s'accentuent pour pousser Pékin à renouer avec un système de change plus flexible qui permettrait au renminbi (monnaie du peuple, autre nom du yuan) de s'apprécier.

Cependant, la banque centrale a souligné que rien ne justifiait "d'importantes variations ou changements" dans le taux de change et a répété qu'elle continuerait à gérer le taux de change flottant "à l'intérieur de la bande (de fluctuation) déjà annoncée".

Les partenaires commerciaux de la Chine estiment que la sous-évaluation du yuan permet à Pékin de vendre ses exportations à bas prix.

La Chine repousse systématiquement les pressions et renvoie les Etats-Unis à leurs propres responsabilités, soulignant que le taux de change de sa monnaie n'est pas responsable de leurs déséquilibres structurels.

Depuis l'été 2008, le yuan reste bloqué à 6,8 contre le dollar, fluctuant dans une très étroite marge vis-à-vis du billet vert. Il s'est du coup apprécié en conséquence face à l'euro.

La monnaie chinoise fera l'objet de discussions lors du sommet du G20 à Toronto, malgré l'opposition de la Chine, a affirmé vendredi un haut fonctionnaire canadien.

Le sujet sera abordé lors d'un "exercice d'évaluation mutuelle" pour définir de quelle manière les pays du Groupe des 20 peuvent contribuer à une reprise forte et durable de la croissance de l'économie mondiale, a précisé ce responsable sous le couvert de l'anonymat.

Vendredi, la Chine avait pourtant répété que la question du taux de change de sa monnaie ne concernait qu'elle-même et ne devait pas figurer au menu des discussions du G20 à Toronto.

"De ce que je sais des sommets précédents, je ne pense pas que cette question ait jamais été au programme", avait déclaré Zhang Tao, le directeur du département international de la Banque centrale.

"Le renminbi est la monnaie de la Chine. Ceci n'est pas un sujet que la communauté internationale doit discuter", avait renchéri Cui Tiankai, vice-ministre des Affaires étrangères.

Les pays du G20, réunissant les principaux pays riches et émergents, doivent se retrouver à Toronto les 26 et 27 juin. Le président chinois Hu Jintao assistera à ce sommet à l'issue d'une visite d'Etat à Ottawa du 23 au 25 juin.

Fin mai, le président Hu a évoqué une possible reprise "graduelle" de la réforme du système de taux de change, sans toutefois fixer d'échéance.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés