Hong Kong sombre dans la violence

©REUTERS

La colère gronde à Hong Kong après des agressions brutales de manifestants.

La vague de contestation qui déferle sans discontinuer depuis le 9 juin sur Hong Kong a pris un tour sinistre dimanche. Des gangs d'hommes armés de bâtons, tringles métalliques et battes, vêtus pour la plupart de t-shirts blancs, ont fondu sur des manifestants antigouvernementaux qui rentraient chez eux après une nouvelle manifestation monstre.

Sur les images des attaques commises à Yuen Long, dans le nord, et diffusées en direct sur Facebook, on voit des gens hurler pendant que les agresseurs passent à tabac manifestants et journalistes dans une station de métro et dans les rames elles-mêmes. Il y avait des flaques de sang au sol.

Bilan: 45 personnes ont été blessées. Un homme est dans un état critique et cinq autres personnes sont dans un état grave.

La police tarde

©REUTERS

La colère gronde et de nombreuses voix s'élèvent pour critiquer la police de l'ex-colonie britannique revenue en 1997 dans le giron chinois. Elle est accusée d'avoir mis plus d'une heure pour arriver sur place, malgré les appels à l'aide répétés des personnes attaquées, et de n'avoir arrêté aucun assaillant alors que les agresseurs sont restés autour de la station de métro jusqu'aux petites heures du matin.

Des images ont montré également des hommes portant des t-shirts blancs en train de quitter les lieux dans des véhicules arborant des plaques d'immatriculation chinoises.

Le chef de la police Stephen Lo a défendu ses troupes en expliquant qu'elles avaient déjà fort à faire avec les violentes manifestations antigouvernementales qui avaient lieu simultanément sur l'île de Hong Kong.

Tandis que les bandes armées se déchaînaient à Yuen Long, la police faisait en effet face à des manifestants radicaux au coeur de la mégapole à l'issue d'un nouveau défilé gigantesque dans l'après-midi. Des policiers anti-émeute ont tiré des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes contre les contestataires qui s'en sont pris au Bureau de liaison du gouvernement chinois à Hong Kong.

Crise sans précédent depuis la rétrocession à la Chine

Hong Kong est plongée dans la pire crise de son histoire récente, avec de gigantesques manifestations pacifiques contre le gouvernement, mais aussi des affrontements sporadiques entre contestataires radicaux et policiers.

Le mouvement est parti du rejet d'un projet de loi désormais suspendu visant à autoriser les extraditions vers la Chine. La contestation s'est élargie à des revendications plus vastes, l'exigence de réformes démocratiques, l'instauration du suffrage universel et la fin de l'érosion des libertés du territoire semi-autonome.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect