Publicité

Inquiétudes après de nouveaux essais de missiles par la Corée du Nord

Sur cette image publiée en 2019 par la propagande nord-coréenne, on voit le dirigeant Kim Jong-un à des tirs balistiques. ©Photo News

La Corée du Nord annonce avoir réussi des essais de missile de croisière à longue portée. Cela peut intensifier la course aux armements dans la péninsule coréenne, sur fond de tensions entre Américains et Chinois en Asie de l’Est.

En annonçant lundi 13 septembre la réussite de tirs de "missiles de croisière à longue portée", la Corée du Nord franchit une nouvelle étape du renforcement de son arsenal et témoigne de l’intensification de la course aux armements dans la péninsule coréenne. La nouvelle devrait occuper les discussions des responsables américain, sud-coréen et japonais, qui doivent se retrouver le 14 septembre à Tokyo, mais aussi les entretiens qu’aura le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, attendu le même jour à Séoul.

Les tirs ont été effectués les 11 et 12 septembre, a fait savoir l’agence officielle nord-coréenne KCNA. Ces nouveaux missiles, qualifiés "d’armes stratégiques de grande importance" pour la sécurité de la Corée du Nord, auraient parcouru 1.500 km pour atteindre leurs cibles installées en mer. 

"Profonde inquiétude" au Japon

Le commandement américain pour la zone indo-pacifique (INDOPACOM) les considère comme la preuve de l’intérêt persistant de la Corée du Nord pour "le développement de son programme militaire"et de la "menace que cela représente pour ses voisins et la communauté internationale". À portée des nouveaux missiles, le Japon a exprimé sa "profonde inquiétude".

Rappelant que les projectiles peuvent être dotés d’une ogive nucléaire, Ankit Panda, spécialiste de la Corée du Nord, voit dans ces engins "les premiers missiles de croisière à longue portée de la Corée du Nord et les premiers missiles de croisière à capacité nucléaire". Les sanctions onusiennes imposées à Pyongyang ne concernent pas les missiles de croisière. La Corée du Nord n’est donc pas en infraction avec ses derniers essais.

La Corée du Sud a testé, le 2 septembre, un missile mer-sol balistique à partir d’un sous-marin conventionnel.

La réussite des tirs ajoute à la course aux armements dans la péninsule. En 2021, Pyongyang a procédé les 21 et 25 mars à des tirs de missiles de croisière et de missiles balistiques. En août, la Corée du Nord a critiqué les manœuvres militaires conjointes organisées par la Corée du Sud et les États-Unis, avertissant qu’elle allait reprendre ses essais de matériel militaire.  

Course entre les deux Corées

En parallèle, la Corée du Sud profite de la levée, en mai, des dernières restrictions imposées en 1979 par les États-Unis à son développement de missiles pour muscler son arsenal. Elle a testé, le 2 septembre, un missile mer-sol balistique (MSBS) à partir d’un sous-marin conventionnel.

Cette course entre les deux Corées se joue sur fond de montée des tensions entre Chinois et Américains en Asie de l’Est. Les États-Unis ne sont pas mécontents du renforcement de son allié sud-coréen. Et la Chine surveille de près les exercices militaires menés par la Corée du Sud, le Japon et les États-Unis.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés