L'Expo de Shanghai ferme ses portes

Soldats chinois sur le site de l'Exposition universelle.

L'Expo ferme ses portes sur un bilan de près de 73 millions de visiteurs (à 95% chinois), record mondial, accompagnés d'un ballet de chefs d'Etat ou de gouvernement et de têtes couronnées.

L'Exposition universelle de Shanghai ferme dimanche après six mois d'une affluence record confirmant la capacité de la Chine à organiser sans accroc un grand événement qui lui a valu les félicitations de l'ONU.

"Gardons-le en mémoire: il s'agit de la première Expo universelle organisée par une ville d'un pays en voie de développement", a déclaré le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, dernière grande personnalité étrangère à visiter l'Expo dans la capitale économique chinoise.

Les organisateurs estiment avoir pleinement atteint les objectifs de cette manifestation inaugurée en grande pompe le 1er mai avec la participation de 189 pays, sur un site vaste comme deux fois la principauté de Monaco, et qui avait pour thème "meilleure ville, meilleure vie".

La cérémonie de clôture prévue à 20H00 (12H00 GMT) doit être présidée par le Premier ministre chinois Wen Jiabao.

"Le succès de l'Expo a renforcé la confiance en elle de la Chine et sa détermination à poursuivre les réformes et l'ouverture", a déclaré dimanche le chef du gouvernement chinois.

"La Chine continuera sans faillir à suivre la voie d'un développement pacifique en demeurant ouverte. Nous tirerons des enseignements des grandes réalisations de toutes les civilisations", a ajouté M. Wen.

Des bataillons de jeunes volontaires et un service de sécurité sans faille ont permis d'éviter tout incident pour ce nouveau grand événement depuis les jeux Olympiques de 2008 à Pékin.

Moins de 5% des Chinois ayant la possibilité de voyager, l'Expo, où chaque pays a tenté de mettre en vitrine le meilleur de sa culture et de ses technologies, a permis aux Chinois de voir un peu le reste du monde sans quitter Shanghai, a estimé Xu Bo, secrétaire général-adjoint de l'événement.

Mais pour beaucoup, l'Expo restera inoubliable pour ses interminables files d'attente, jusqu'à parfois huit heures.

Le Danemark a fait venir sa petite sirène de Copenhague, la France des toiles impressionnistes du Musée d'Orsay, et les événements des six derniers mois ont apporté quelques surprises: la coupe du monde des footballeurs espagnols et une réplique de la nacelle ayant permis le sauvetage de 33 mineurs au Chili.

L'Expo a vu défiler notamment les présidents français Nicolas Sarkozy, russe Dmitri Medvedev, iranien Mahmoud Ahmadinejad, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.

Pour la métropole de Shanghai, l'Expo laissera un grand impact: importante rénovation du boulevard mythique du Bund, construction de centaines de kilomètres de lignes de métro, de lignes ferroviaires à grande vitesse et d'un terminal aéroportuaire.

Mais ces rénovations ont eu un coût: des bâtiments historiques ont été rasés et des milliers de personnes déplacées -- toutes de manière légale affirment les autorités.

Si Shanghai a dépensé 43,5 milliards d'euros pour l'Expo, celle-ci lui a rapporté, ainsi qu'à sa région, des rentrées touristiques de 8,7 milliards d'euros, a indiqué l'agence Chine Nouvelle.

L'expo a aussi eu d'importantes retombées médiatiques à l'étranger.

"Beaucoup d'articles ont décrit Shanghai comme la nouvelle New York", affirme Antoine Bourdeix, représentant en Chine de Publicis Consultants, chargés de la communication pour l'Expo.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés