Publicité

La Birmanie va libérer plus de 5.000 manifestants

Au total, 5.636 prisonniers seront graciés et libérés avant le festival de Thadingyut qui débute mardi, a déclaré le chef de la junte militaire birmane, Min Aung Hlaing. ©AFP

Le chef de la junte militaire birmane, Min Aung Hlaing, annonce la libération de plus de 5.000 manifestants quelques jours après l'exclusion de la Birmanie du sommet de l'Asean.

La Birmanie va libérer plus de 5.000 personnes emprisonnées pour avoir protesté contre le coup d'État de l'armée survenu en février, a déclaré lundi le chef de la junte.

Au total, 5.636 prisonniers seront graciés et libérés avant le festival de Thadingyut qui débute mardi, a déclaré Min Aung Hlaing, quelques jours après que la Birmanie a été exclue du prochain sommet de l'Asean (Association des nations d'Asie du Sud-Est). 

Le 1er février dernier, le général Min Aung Hlaing avait renversé le gouvernement élu démocratiquement et décrété l’état d’urgence pour un an.

La junte a promis d'organiser des élections et de lever l'état d'urgence en 2023.

Dans un communiqué conjoint, les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Australie, le Canada, la Corée du Sud, la Nouvelle-Zélande, la Norvège et le Timor-Oriental avaient fait part de leur "profonde préoccupation face à la situation critique en Birmanie", appelant la junte à "participer de manière constructive" au dialogue avec l'envoyé spécial de l'Asean.

Une levée de l'État d'urgence?

Le 1er février dernier, le général Min Aung Hlaing avait renversé le gouvernement élu démocratiquement et décrété l’état d’urgence pour un an. L’armée avait alors fait arrêter la Première ministre, Aung San Suu Kyi, et le président de la République, Win Myint, en les accusant de fraudes électorales lors des élections législatives du 8 novembre 2020, des élections qui avaient été massivement remportées par leur parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND).

S’en était ensuivi une vague de protestation sans précédent au sein de la population qui était descendue en masse dans les rues. La junte a réprimé la contestation dans le sang et en arrêtant des milliers de personnes.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés