La Corée du Nord a bombardé le Sud... pour un haut-parleur

©AFP

La Corée du Nord a bombardé une unité de l'armée sud-coréenne sur la partie occidentale de la frontière qui divise la péninsule. La cible serait... un haut-parleur. La Corée du Nord avait menacé Séoul samedi de frappes militaires "aveugles" si elle n'arrêtait pas sa guerre de propagande diffusée par haut-parleurs de l'autre côté de la frontière.

Des militaires nord-coréens ont tiré en direction de la Corée du Sud, dans la partie ouest de la péninsule, selon des médias sud-coréens, citant un responsable militaire du Sud.

Selon les médias, les tirs nord-coréens ont visé vers 16h00 locales (09h Bruxelles) un haut-parleur placé du côté sud de la frontière.

La Corée du Nord accuse depuis quelque temps le Sud d'avoir repris sa propagande par haut-parleurs en direction du Nord et avait menacé de répliquer. Les tirs n'ont semble-t-il pas fait de dégât, rapporte l'agence de presse sud-coréenne Yonhap.

L'armée sud-coréenne a répliqué en tirant des dizaines d'obus d'artillerie en direction de la Corée du Nord.

"Nous avons lancé une contre-attaque avec des dizaines d'obus de 155 mm" (porte-parole de la Défense sud-coréenne)

Cet incident fait suite à l'explosion voici une dizaine de jours d'une mine anti-personnel dans la DMZ (zone démilitarisée intercoréenne). Deux soldats sud-coréens ont alors été blessés, et Séoul a accusé Pyongyang d'avoir posé cette mine, ce que le Nord a démenti.

Le regain de tension intercoréenne a correspondu avec la fête nationale dans les deux Corées, le 15 août, qui marquait cette année le 70e anniversaire de la capitulation du Japon et la fin de la période coloniale.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés