La Corée du Nord contourne les sanctions de l'ONU, Pompeo veut "maintenir la pression"

Kim Jong-un ©AFP

Selon un rapport d'experts des Nations unies, la Corée du Nord n'a pas stoppé ses programmes nucléaire et balistique et a continué de défier les résolutions du Conseil de sécurité à travers une hausse massive des transferts illicites de produits pétroliers en mer.

Le chef de la diplomatie américaine appelle à "maintenir la pression diplomatique et économique" sur la Corée du Nord, stigmatisant notamment la Russie pour d'éventuelles violations des sanctions internationales. Mike Pompeo a toutefois assuré que le monde était "uni" pour pousser à la dénucléarisation de Pyongyang.

Selon un rapport d'experts des Nations unies, la Corée du Nord "n'a pas stoppé ses programmes nucléaire et balistique et a continué de défier les résolutions du Conseil de sécurité à travers une hausse massive des transbordements illicites de produits pétroliers en mer".

La Corée du Nord "n'a pas stoppé ses programmes nucléaire et balistique."
Rapport d'experts des Nations unies

Après une escalade des tensions sans précédent en 2017, ponctuée par des tirs de missiles et un essai nucléaire majeur de la part du régime reclus de Pyongyang, ainsi que par des sanctions internationales de plus en plus strictes en retour, l'année 2018 a été marquée par un dégel spectaculaire.

Il a abouti au sommet historique le 12 juin, à Singapour, entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un. Ce dernier a réaffirmé son engagement en faveur d'une "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne", une vague déclaration d'intention sans calendrier ni modalités, bien loin de la dénucléarisation "complète, vérifiable et irréversible" qu'exigeaient les Etats-Unis.

Des négociations difficiles

Les tractations USA/Corée du Nord patinent. Depuis le sommet Trump-Kim, Washington a déploré que certains pays, Chine et Russie en tête, aient commencé à relâcher la pression sur Pyongyang. Ce samedi, Mike Pompeo a salué l'engagement du ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi, qui lui a promis, a-t-il dit, de continuer à appliquer les sanctions.

Il a en revanche particulièrement stigmatisé la Russie, évoquant des informations selon lesquelles elle continuait de faire affaire avec des Nord-Coréens et d'offrir du travail aux travailleurs expatriés nord-coréens, source importante de revenus pour le régime de Pyongyang.

"Ce serait une violation des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies" et "toute violation" sera "prise très au sérieux par les Etats-Unis", a-t-il lancé, promettant d'en parler avec Moscou. "Je suis optimiste dans notre succès", a assuré le chef de la diplomatie. Mais "nous savons tous que cela prendra du temps", a-t-il aussitôt ajouté, pour relativiser l'absence de progrès concrets.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés