Le gouverneur de la Banque du Japon appelle les patrons à "partager le gâteau"

Haruhiko Kuroda, Gouverneur de la Banque du Japon ©REUTERS

Après le Premier ministre, le gouverneur appelle les patrons à collaborer à la relance économique. Le taux de rendement des nouvelles obligations de l'Etat japonais à échéance 10 ans est tombé jeudi à son plus bas niveau jamais atteint.

Le gouverneur de la Banque du Japon (BoJ), Haruhiko Kuroda, a appelé jeudi les dirigeants d'entreprises à "partager le gâteau" et ainsi contribuer à la relance de la troisième économie mondiale, une requête déjà exprimée par le Premier ministre Shinzo Abe.

"L'année prochaine, les entreprises peuvent encore espérer engranger des bénéfices sur fond de déclin des prix de l'énergie et de dépréciation du yen", a souligné M. Kuroda qui parlait devant les membres de la fédération patronale Keidanren.

"Dans ce contexte favorable, elles doivent changer" leur attitude " et réinvestir leurs profits "afin que le cercle vertueux de l'économie s'installe solidement", a-t-il préconisé.

"A ce stade, le gâteau est inégalement partagé en faveur des grosses firmes et des détenteurs d'actifs financiers. Si les entités économiques qui ont eu une large part du gâteau ont tendance à peu dépenser, le prochain cycle ne s'enclenchera pas", a encore insisté le gouverneur.

Selon des données publiées la semaine dernière par la banque centrale, les entreprises japonaises, dont la mentalité reste marquée par plus de 15 années de déflation, n'ont jamais eu des matelas d'argent aussi bien remplis qu'à la fin du mois de septembre.

Or, avec l'avènement d'"un environnement économique normal" sous le signe d'une inflation de 2% (objectif visé par la banque centrale), "les règles vont être réécrites" et "les firmes qui auront été capables d'anticiper le changement en sortiront gagnantes", a expliqué Haruhiko Kuroda.

M. Abe, qui a été réélu mercredi pour la troisième fois à la tête du Japon, avait récemment délivré un message similaire, poussant les patrons à élever les rétributions de leurs salariés lors des prochaines négociations salariales du printemps.

Présent jeudi, il a réitéré sa demande dans l'espoir d'étendre à l'ensemble de la société les effets de ses "abenomics", un cocktail de mesures budgétaires, d'assouplissement monétaire et de promesses de réformes.

Le taux de rendement des nouvelles obligations de l'Etat japonais à échéance 10 ans est ponctuellement tombé jeudi à son plus bas niveau jamais atteint, conséquence d'un contexte d'assouplissement monétaire amplifié par la banque centrale nippone (BoJ).

Jeudi, ce taux avait baissé de 0,015 point par rapport à celui de la veille pour tomber à 0,310%, un seuil inédit, selon le groupe d'informations économiques Nikkei.

La hausse de la demande de ces obligations entraîne une baisse de leur rendement. "Une partie des investisseurs tendent à accumuler ce genre de titres (jugés sans risque) avant la fin de l'année", ont expliqué des courtiers.

Le taux de rendement des nouvelles obligations à 10 ans avait connu un plus bas historique tout début avril 2013, à 0,315%, immédiatement après l'annonce d'une forte amplification des mesures d'assouplissement monétaire de la banque centrale nippone.

Depuis le 31 octobre dernier, l'institut d'émission a encore intensifié ses dispositions. Ce jour-là, son comité de politique monétaire avait décidé d'augmenter son programme de rachat d'actifs, face aux difficultés que traverse l'archipel depuis une hausse de la taxe sur la consommation début avril.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés