Publicité
Publicité

Le Japon ferme toutes les écoles pendant un mois

Les écoles au Japon seront fermées jsuqu'à la fin du mois de mars. ©EPA

Au Japon, les mesures radicales se multiplient pour lutter contre le coronavirus qui a déjà tué dix personnes. Le gouvernement japonais a décidé de fermer les écoles, mais pas les crèches et maternelles.

La requête du gouvernement japonais de fermer les écoles, lycées et collèges dans tout le pays à cause du coronavirus a plongé dans la perplexité non seulement les parents mais aussi les élus et personnels de l'enseignement, même si des experts valident cette décision. Jeudi soir, à la surprise générale, le Premier ministre Shinzo Abe a demandé que les établissements scolaires soient fermés jusqu'aux vacances de printemps qui marquent la fin de l'année scolaire fin mars.

"C'est un choc", a aussi réagi dans un tweet Toshihito Kumagai, maire de la ville de Chiba, à l'est de Tokyo, faisant écho à d'autres commentaires d'édiles démunis. "Nous devons prévenir l'émergence de nouveaux foyers infectieux dans la population infantile, nous considérons qu'il s'agit là de notre responsabilité politique", a insisté le Premier ministre, Shinzo Abe.

Crèches et maternelles ouvertes

Si certains approuvent, jugeant qu'il faut éviter les rassemblements, de nombreux parents s'inquiètent de mesures qui laissent d'autant plus pantois que les crèches, les maternelles et les garderies (qui accueillent les élèves après les cours et pendant les vacances ou la fermeture des écoles) seront ouvertes, à la demande du gouvernement.  

Nous devons prévenir l'émergence de nouveaux foyers infectieux dans la population infantile, nous considérons qu'il s'agit là de notre responsabilité politique.
Shinzo Abe
Premier ministre japonais

 "Je suis vraiment en colère contre cette décision qui ne va en rien servir à protéger les enfants, au contraire. Que va-t-on en faire? Les laisser seuls à la maison? Les envoyer à la garderie, où la promiscuité est pire encore? J'aurais bien aimé que le gouvernement y réfléchisse davantage", dit à l'AFP une mère de deux enfants de 4 et 7 ans. "On est en période de tests scolaires et pour les enfants c'est vraiment dur. C'est un choc aussi pour ma fille aînée", ajoute une autre qui se demande ce qu'elle va faire.

"Mon entreprise ne propose pas le télétravail donc je dois prendre des jours de congés et je m'inquiète aussi pour le programme scolaire des élèves." Mais pour une partie des experts consultés par le gouvernement, cette décision est nécessaire alors que selon eux les deux semaines à venir sont cruciales pour juguler la maladie.

Etat d'urgence à Hokkaido

Le ministère de la Santé a annoncé vendredi deux décès supplémentaires, dont un à bord du Diamond Princess qui se trouve dans le port de Yokohama. Le bilan japonais grimpe donc à 10 décès dont la moitié sur le navire de croisière. Le gouverneur de la préfecture d'Hokkaido, la deuxième plus grande île du Japon, a déclaré l'état d'urgence vendredi et conseillé aux résidents d'éviter de sortir de chez eux ce week-end.

10
décès
Le bilan japonais grimpe à 10 décès dus au coronavirus dont la moitié sur le navire de croisière Diamond Princess qui se trouve dans le port de Yokohama.

Avec 63 personnes infectées et une augmentation quotidienne, Hokkaido est la province la plus touchée de l'archipel. Hokkaido est une région très rurale et les personnes circulent entre villes commerçantes et zones reculées ce qui contribue à étendre géographiquement l'infection, a souligné le gouverneur. Des parcs à thèmes ont aussi décidé de rester fermés pour 15 jours, dont Tokyo DisneyLand et l'espace annexe Tokyo DisneySea qui accueillent d'habitude chaque année plus de 30 millions de visiteurs.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés