Publicité
Publicité

Le nord, prochaine étape touristique au Sri Lanka

©© pzaxe

Le Sri Lanka est une destination touristique de longue date. Mais avec la fin de la guerre civile, le nord de l’île s’ouvre petit à petit. Reste à voir ce que donneront les élections du 17 août.

Ancienne zone de combat entre indépendantistes tamouls et armée régulière, le nord du Sri Lanka est petit à petit en train de s’ouvrir au tourisme. On ne peut certainement pas encore y parler de tourisme de masse comme au cœur historique de l’ancienne île de Ceylan ou dans les grandes plantations de thé qui ont fait sa renommée dans les salons occidentaux. Mais les curieux s’y font de plus en plus nombreux depuis que l’armée est venue à bout de la révolte tamoule en mai 2009.

Avant d’aller se hasarder dans le nord du pays, surtout en dehors de la ville de Jaffna, il faut savoir deux choses. Mieux vaut ne pas trop s’écarter des sentiers battus. Certaines zones sont encore minées. Et autant ne pas être anti-militariste convaincu. Des pans entiers de l’industrie touristique sont en effet aux mains de l’armée, qui n’a pas hésité à construire des hôtels sur les terres de ses anciens ennemis tamouls.

©© De Agostini / C. Rives

Élections à venir

Globalement, le pays essaie toutefois de tourner le dos à 26 ans de guerre civile, même si la normalisation politique s’avère difficile. Arrivé au pouvoir en janvier dernier après avoir pris ses distances avec l’ancien président Mahinda Rajapaksa dont il partage pourtant la couleur politique, Maithripala Sirisena a été obligé de convoquer des élections anticipées au 17 août prochain.

Deux raisons à cet empressement: les difficultés rencontrées par le nouvel homme fort du Sri Lanka à imposer les réformes démocratiques qu’il avait promises (notamment en ce qui concerne le fonctionnement du parlement et la fonction de président), et l’éventualité de voir l’ex-président Rajapaksa reprendre du poil de la bête.

Insolite

Cinéphiles et amateurs de sensations fortes se donnent rendez-vous à Kithulagala, sur la rivière Kelani. Drôle de mariage… Mais qui s’explique lorsque l’on sait que ce haut lieu du rafting, situé au cœur du Sri Lanka, a servi de décor à l’un des plus célèbres films de guerre de l’histoire du cinéma, "Le pont de la rivière Kwaï", tourné en 1956 par David Lean et dont l’histoire se passe en réalité en Thaïlande.

Les restes du pont sont encore visibles, pour les plongeurs avertis, au fond de la rivière. Sinon, c’est en famille que l’on peut aller faire du rafting à Kithulagala.

C’est que ce dernier, accusé de crimes de guerres et de corruption par ses détracteurs, pourrait bénéficier d’un prochain rapport de l’ONU. Le texte, qui devrait être publié en septembre, viendrait étayer les accusations proférées à l’égard de Rajapakska. Et risque de susciter une vague d’indignation au sein de la majorité cinghalaise qui le considère comme un héros et pourrait tenter de le remettre au pouvoir.

En convoquant des élections anticipées, Sirisena espérait couper l’herbe sous le pied de son ancien "patron" et l’empêcher de jouir du statut de victime politique. Au lieu de cela, Rajapakska s’est déclaré candidat à l’élection avec la bénédiction de plusieurs membres du parti SLFP au pouvoir, forçant Sirisena à entériner sa candidature, au risque de voir son rival devenir Premier ministre après les élections.

Les représentations de Bouddha sont omniprésentes au Sri Lanka, première région hors d’Inde où le bouddhisme s’est développé (vers 250 avant JC). ©Photo News

Tourisme tenace

©Mediafin

Globalement, cette popote interne ne devrait pas nuire au tourisme, pas plus que la guerre civile… "Il y a toujours eu du tourisme, même pendant la guerre civile", rappelle Ingrid Morel, responsable de l’antenne belge de l’agence de voyage Terres d’Aventure. "Il y a des conflits internes, mais ils ne concernent pas les touristes, qui sont bien reçus", ajoute-t-elle en soulignant que grâce à la fin de la guerre civile, "le pays s’est complètement ouvert".

Chloé Tremblez, conseillère chez Continents Insolites, confirme: "J’y étais en avril, et il n’y a aucun problème de sécurité au Sri Lanka". Mais la jeune femme d’ajouter qu’il faut néanmoins "faire attention à respecter tout ce qui est lié à la religion". Une religion omniprésente au Sri Lanka, où l’une des principales attractions touristiques est d’ailleurs l’ascension du Pic Adam, haut lieu de pèlerinage pour les bouddhistes qui forment 70% de la population.

Même si le nord du Sri Lanka s’ouvre au tourisme, c’est plus au sud que l’on retrouve les principaux sites touristiques.

1. Le "triangle d’or" culturel avec trois étapes incontournables: le "rocher du lion" à Sigiriya, le bouddha couché à Polonnaruwa et le temple de la dent de Bouddha à Kandy.

2. La ville montagneuse de Nuwara Eliya, au cœur des plantations de thé.

3. Nallathanniya d’où l’on part faire l’ascension du Pic d’Adam. Il faut gravir 5.200 marches pour arriver au sommet. On y trouve le pied de Bouddha, une empreinte de 2 mètres de long.

4. Le parc national de Horton Plains au sud duquel se trouve World’s End, un précipice de plus de 1.000m.

5. Mirissa et sa plage paradisiaque.

Autre attraction touristique, les mangroves sri-lankaises. Ici, le gouvernement Sirisena est parvenu à imprimer sa marque en lançant un programme national unique au monde de protection de ces forêts maritimes.

Doté d’un budget de 3,4 millions de dollars, le projet vise à impliquer les populations locales dans la conservation de cet écosystème qui a lui aussi souffert de la guerre, même si la plus grande menace qu’il connaisse aujourd’hui est l’expansion de l’élevage industriel de la crevette.

On verra dans quelques semaines si l’équipe au pouvoir pourra poursuivre ses efforts…

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés