Le patron des JO de Tokyo a démissionné

"Mes déclarations inappropriées ont causé beaucoup de troubles (...)", a reconnu Yoshiro Mori, le président du comité d'organisation des Jeux olympiques de Tokyo 2020, ce vendredi. ©EPA

Yoshiro Mori, le président du comité d'organisation des JO de Tokyo, a démissionné suite au tollé suscité par ses déclarations sexistes.

Le président du comité d'organisation des Jeux olympiques de Tokyo 2020, Yoshiro Mori, a présenté sa démission ce vendredi, après le tollé provoqué par ses propos sexistes. C’est la première fois qu’un membre haut placé du parti libéral démocrate japonais est contraint de démissionner. La décision sur le nom de son successeur n’a pas encore été prise.

"S’il doit y avoir davantage de femmes au sein du Conseil d’administration, nous devons nous assurer que leur temps de parole est limité."

"Mes déclarations inappropriées ont causé beaucoup de troubles (...). Je souhaite démissionner de la présidence dès aujourd'hui", a déclaré Yoshiro Mori (83 ans) ce vendredi, lors d'une réunion du conseil exécutif de Tokyo.

L’ancien Premier ministre japonais avait déclaré la semaine dernière que "les réunions de Conseil d’administration où de nombreuses femmes sont présentes prennent plus de temps". "S’il doit y avoir davantage de femmes au sein du Conseil d’administration, nous devons nous assurer que leur temps de parole est limité. Elles n’arrêtent jamais de parler, ce qui est irritant. Si une femme lève la main pour parler, les autres ressentent le même besoin. Ensuite, elles veulent toutes avoir leur mot à dire", avait-il ajouté.

Parité hommes-femmes

Pour resituer les choses, un quota stipulant que 40% des membres du Comité d’organisation doivent être des femmes avait été introduit en 2019. Voilà qui n'avait donc pas réjoui Yoshiro Mori... Mais de telles déclarations sont le symbole d'un sexisme encore fortement enraciné dans la société japonaise. Selon le forum économique mondial, le Japon se situe au 121e rang (sur 153 pays) en matière d’égalité hommes-femmes.

Plusieurs sponsors étaient également très inquiets et avaient fait savoir au Comité organisationnel que de telles paroles pouvaient ternir leur image...

Le Comité international olympique (CIO) avait initialement considéré que l'affaire était close avant de condamner les propos de Yoshiro Mori. Le Comité a ensuite estimé que les dires du président étaient "absolument inappropriés et en contradiction avec les engagements du CIO".

Il faut dire que plusieurs sponsors étaient également très inquiets et avaient fait savoir au Comité organisationnel que de telles paroles pouvaient ternir leur image...

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés