Publicité

Les talibans finalisent leur gouvernement transitoire

Le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, avait annoncé la première partie du gouvernement taliban le 7 septembre dernier. ©EPA

Les talibans ont finalisé leur gouvernement transitoire, exclusivement masculin et composé de dirigeants du groupe islamiste.

De retour au pouvoir depuis la mi-août, deux décennies après avoir imposé un régime fondamentaliste et brutal (entre 1996 et 2001), les talibans ont annoncé ce mardi, avoir finalisé leur gouvernement.

Plusieurs des nouveaux ministres figurent sur la liste des sanctions du Conseil de Sécurité de l'ONU.

Il ne comprend aucune femme, a annoncé Zabihullah Mujahid, porte-parole des talibans.

Le ministère des Affaires féminines n’existe plus non plus. Il est remplacé par celui de la Promotion de la vertu et de la Prévention du vice. Zabihullah Mujahid a toutefois déclaré qu'il s'agit d'un gouvernement de transition, qui sera "renforcé" par la suite.

Des personnages clés

Le gouvernement intérimaire est principalement composé d'hommes qui ont "marqué" l'histoire des talibans. Plusieurs des nouveaux ministres figurent d'ailleurs sur la liste des sanctions du Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations unies (ONU).

Tous les noms n'ont pas encore été dévoilés, mais quelques personnages clés sont déjà connus:

  • Mohammad Hassan Akhund, Premier ministre. Un rapport du Conseil de sécurité le décrit comme un "proche collaborateur" du fondateur du mouvement taliban, le mollah Omar, décédé en 2013. Mohammad Hassan Akhund était également vice-ministre des Affaires étrangères sous l'ancien régime taliban.
  • Abdul Ghani Baradar, vice-Premier ministre. Il est le co-fondateur du mouvement taliban et fut également proche du mollah Omar. C'est aussi l'un des instigateurs de l'insurrection talibane en 2001. Il a été emprisonné au Pakistan jusqu'en 2018. En 2020, il a conduit les négociations de l'Accord de Doha au Qatar avec les Américains en vue de fixer un calendrier pour le retrait définitif des États-Unis et de leurs alliés.
  • Mohammad Yacoub, ministre de la Défense. Mohammad Yaqoub a été directeur de l’Agence d’information Bakhtar, sous le régime des talibans.  Il est l’actuel chef des opérations militaires du groupe.
  • Sirajuddin Haqqani, ministre de l’Intérieur. Il est qualifié de "terroriste" par Washington et est historiquement proche d'Al-Qaïda.
  • Amir Khan Muttaqi, ministre des Affaires étrangères. Il a été l’un des négociateurs talibans à Doha et membre du cabinet du premier régime.

Toujours pas de retour à l'école pour les filles

Concernant la scolarité des filles, Zabihullah Mujahid a tenu à "rassurer" la population. Il a déclaré que les collégiennes et les lycéennes afghanes seraient autorisées à retourner à l’école "aussi vite que possible", mais séparément des garçons. "Nous finalisons les choses (…). Cela se produira aussi vite que possible", a-t-il assuré.

Les collégiennes et les lycéennes seront autorisées à retourner à l’école, mais elles seront séparées des hommes.

Une annonce qui laisse les citoyennes afghanes dubitatives, alors que les restrictions ciblant les femmes se sont multipliées ces dernières semaines dans le pays.

Les cours dans les écoles afghanes avaient été interrompus à la mi-août. Samedi, les talibans avaient appelé les garçons à retrouver leurs collèges et lycées, mais pas les filles. Un appel sélectif qui avait provoqué l'émoi au sein de la population afghane et de la communauté internationale, qui craint un retour au régime de fer des talibans des années 90. À l'époque, les filles et les femmes ne pouvaient tout simplement pas étudier.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés