Pékin sonne le glas d'un journal prodémocratie à Hong Kong

Les Hongkongais ont fait la file pour acheter le dernier numéro de l'Apple Daily. ©EPA

La disparition brutale du journal prodémocratie Apple Daily à Hong Kong est un nouveau signe de l'étendue de la puissance des pouvoirs chinois dans la ville.

L'Apple Daily, c'est fini. À Hong Kong, ce quotidien prodémocratie critique à l'égard de Pékin a sorti son dernier numéro ce jeudi. Près d'un an après la promulgation de la loi sur la sécurité nationale diligentée par la Chine, la salle de rédaction avait été perquisitionnée la semaine dernière. Cinq dirigeants du journal ont été arrêtés et les avoirs ont été gelés. Incapable d'encore payer ses salariés et fournisseurs, le groupe de presse doit cesser ses activités. Plus d'un millier de personnes, parmi lesquelles 700 journalistes, sont désormais sans emploi.

Le quotidien appartient au magnat de la presse Jimmy Lai, actuellement en détention pour avoir pris part aux manifestations prodémocratie en 2019.

"La liberté de la presse est devenue la victime de la tyrannie."
Chan Pui-man
Rédacteur en chef adjoint de l'Apple Daily

Un million d'exemplaires

La Une du dernier numéro, tiré à un million d'exemplaires pour 7,5 millions d'habitants, montre un journaliste qui, depuis la salle de rédaction, salue les centaines de personnes rassemblées mercredi devant le siège du quotidien pour lui dire ses adieux.

"L'Apple Daily est mort", a écrit le rédacteur en chef adjoint Chan Pui-man dans une lettre d'adieu adressée aux lecteurs. L'homme a été arrêté et incarcéré pour atteinte à la sécurité nationale, tout comme le directeur général, le rédacteur en chef, un éditorialiste, etc. "La liberté de la presse est devenue la victime de la tyrannie", a-t-il encore déploré. Le site internet de l'Apple Daily, basé à Taïwan, poursuit, lui, ses activités.

De nombreux médias internationaux qui s'étaient installés à Hong Kong pour profiter d'une réglementation favorable et d'une liberté d'expression garantie par sa mini-constitution réfléchissent désormais à quitter ce centre financier.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés