Retour de fumée à Moscou

Des volontaires se dirigeant dans une forêt à 50 km de la centrale nucléaire de Sarov.

Les autorités russes ont annoncé dimanche que le nombre d'incendies dans la région où se trouve le centre nucléaire de Sarov, à 500 km à l'est de Moscou, avaient diminué, alors que des fumées, portées par des vents contraires, se faisaient à nouveau sentir à Moscou.

Selon le ministère des Situations d'urgence, le nombre d'incendies dans les régions de Nijni Novgorod et de Mordovie -- les deux régions limitrophes où se trouve le centre de recherche nucléaire de Sarov -- a diminué.

"Malgré les températures toujours élevées, l'homme commence à l'emporter sur les feux de forêt. On assiste à une tendance réelle vers une réduction du nombre d'incendies dans la région pour la première fois depuis ces derniers jours", ont assuré dans un communiqué les services du ministère des Situations d'urgence de la Volga.

Les incendies dans la région de Nijni Novgorod ont régressé significativement au cours des derniers jours, permettant aux services d'urgence de se concentrer sur les feux dans le parc naturel de la république de Mordovie, une réserve voisine de Sarov, a confirmé à l'AFP Mikhaïl Tourkov, un porte-parole du ministère des Situations d'urgence de la Volga.

Plus de 1.200 personnes et 151 engins luttaient toujours contre deux puissants incendies qui continuent à faire rage dans les villages de Popovka et de Pushta situés dans le parc naturel.

A Popovka, l'incendie touche toujours 1.000 hectares mais ne s'étend plus et le foyer le plus actif ne concerne plus que 30 hectares, a annoncé le ministère. L'incendie à proximité du village de Pushta touche toujours 200 hectares mais a été circonscrit, a-t-il ajouté.

En Russie, 498 incendies étaient toujours actifs affectant 53.500 hectares, contre 56.000 hectares la veille.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés