Publicité
Publicité

Seiko Hashimoto devient la nouvelle patronne des JO de Tokyo

Seiko Hashimoto a quitté son poste de ministre japonaise des Jeux olympiques et paralympiques. ©REUTERS

L'ex-ministre japonaise des Jeux olympiques et paralympiques a été désignée pour succéder à Yoshiro Mori, contraint de démissionner après des propos sexistes.

Seiko Hashimoto prend dès ce jeudi les commandes des Jeux olympiques de Tokyo, qui doivent se dérouler du 23 juillet au 8 août. Elle a démissionné de son poste de ministre japonaise des Jeux olympiques et paralympiques plus tôt dans la journée, confirmant l'option prise par un comité de concertation de huit personnes (quatre hommes et quatre femmes). Celui-ci a jeté leur dévolu sur cette ancienne médaillée olympique en patinage de vitesse, à l'issue de trois réunions de concertation, dont la dernière, jeudi, a été décisive.

Rappelons que l'ex-chef des JO, Yoshiro Mori, avait été contraint de démissionner le 12 février après avoir dit publiquement que les femmes parlaient trop longtemps lors des réunions, ce qui était selon lui "embêtant" pour prendre des décisions.

Seiko, la "flamme olympique"

Le nom de Seiko Hashimoto avait déjà été avancé avec insistance. L'intéressée, membre du LDP, le parti conservateur du Premier ministre Yoshihide Suga, se montrait jusqu'ici réticente à l'idée de quitter son poste ministériel. Seiko Hashimoto a cependant changé d'avis et est désormais chargée de faire des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo "un succès", malgré la crise sanitaire du coronavirus et ses conséquences.

"Les membres du panel de sélection ne s'y sont pas trompés: elle coche toutes les cases."
Francsjeux.com

Seiko Hashimoto est née cinq jours seulement avant l'ouverture des Jeux de Tokyo 1964. Son prénom, Seiko, s'écrit avec le même premier caractère, "seika", que la flamme olympique en japonais. Deux symboles mis en valeur pour remonter le taux de confiance des Japonais, tombé bien bas, pour des JO reportés d'un an l'an dernier.

L'importance de l'égalité des sexes

Médaillée olympique en patinage de vitesse aux Jeux d'Albertville en 1992, Seiko Hashimoto a longtemps mené de pair une double carrière sportive, patinage en hiver, cyclisme en été. Elle a à son actif quatre participations aux Jeux d'hiver (Sarajevo 1984, Calgary 1988, Albertville 1992 et Lillehammer 1994), et trois éditions des Jeux d'été (Séoul 1988, Barcelone 1992, Atlanta 1996).

"Les membres du panel de sélection ne s'y sont pas trompés: elle coche toutes les cases. Un profil international, une connaissance des Jeux olympiques et paralympiques, un solide réseau politique et, condition désormais obligatoire, une 'profonde compréhension' de l'égalité des sexes. Depuis 2019, Seiko Hashimoto avait ajouté un second mandat ministériel, les Jeux olympiques, à sa fonction de ministre en charge de l'émancipation des femmes et de l'égalité des sexes", analyse le site spécialisé des affaires olympiques, Francsjeux.com.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés