Séoul riposte à Tokyo avec le retrait de certains avantages commerciaux

Sung Yun-Mo, le ministre sud-coréen du Commerce, hausse le ton face au Japon mais ne ferme pas la porte de la concertation. ©AFP

La Corée du Sud veut retirer en septembre le Japon d'une "liste blanche" de pays bénéficiant d'avantages commerciaux, rendant ainsi la pareille au gouvernement japonais dans un contexte d'aggravation des tensions entre les deux pays.

Des régulations plus strictes s'appliqueront le mois prochain aux exportations sud-coréennes vers le Japon liées à l'industrie de l'armement et aux machines-outils. Telle est la décision du ministre sud-coréen du Commerce, de l'Industrie et l'Energie. Il s'agit en fait d'une réponse à l'annonce faite il y a dix jours par le Japon de retirer à compter du 28 août la Corée du Sud de sa liste des "partenaires de confiance".

Séoul avait déjà répliqué en assurant que la Corée du Sud ne connaîtrait pas "une nouvelle défaite" face au Japon.

Un long contentieux

En toile de fond, la question des indemnisations réclamées par la Corée du Sud pour ses ressortissants soumis à un régime de travail forcé dans des entreprises japonaises durant la Seconde Guerre mondiale nourrit un long contentieux entre Tokyo et Séoul. Cette querelle s'est intensifiée le mois dernier quand le Japon a annoncé un renforcement des restrictions sur les exportations vers la Corée du Sud de trois composants essentiels à l'électronique grand public, ce qui vise notamment Samsung, le porte-étendard de la technologie coréenne. 

Dans son communiqué, le ministre sud-coréen de l'Industrie Sung Yun-Mo dit toutefois être prêt à tout moment à engager des discussions avec le gouvernement japonais.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect