Publicité

Un 8e enfant sauvé en Thaïlande, quatre autres attendent dans la grotte

©Photo News

Les opérations de ce lundi sont terminées. Elles se poursuiveront demain. Huit garçons, parmi la douzaine bloqués en profondeur dans la grotte inondée de Tham Luang dans le nord de la Thaïlande, ont déjà pu être extraits du réseau de cavités dont ils étaient prisonniers depuis le 23 juin.

En cette deuxième journée mission "évacuation", les sauveteurs ont réussi à extraire quatre enfants de plus. Huit sont déjà sauvés et en bonne santé selon les Autorités du pays. Quatre autres sont encore emprisonnés, ainsi que leur entraineur de football dans la grotte de Thuam Luang, depuis le 23 juin.

Les plongeurs d'élite tentent encore d'évacuer le reste du groupe encore pris au piège dans une grotte inondée.  

Les quatre garçons extraits hier dimanche sont en bonne santé mais toujours à l'hôpital.
Anupong Paojinda
Ministre de l'Intérieur thaïlandais

Les autres enfants et leur entraîneur de 25 ans sont bloqués dans la grotte de Thuam Luang, dans le nord de la Thaïlande, depuis 15 jours. La pluie de mousson menaçant d'inonder ce réseau souterrain complexe, long d'une dizaine de kilomètres, constitue le principal défi pour les sauveteurs, qui redoutent de nouvelles précipitations avant la sortie de tout le groupe.

©AFP

L'équipe de football des "Sangliers sauvages", 12 garçons de 11 à 16 ans et leur jeune entraîneur, avaient passé neuf jours dans les tréfonds de la grotte avant que deux plongeurs britanniques ne réussissent à les rejoindre en début de semaine dernière. Emaciés mais en vie, ils étaient perchés sur un promontoire, à plus de quatre kilomètres de l'entrée de la grotte.

Dimanche, quatre garçons ont revu la lumière du jour, grâce à des plongeurs expérimentés qui les ont guidés le long d'un parcours tortueux, marqué par des portions inondées et étroites, en particulier un passage très difficile à franchir, dans lequel il faut se faufiler, qui est le cauchemar de la cellule de crise.

Baptisés par les réseaux sociaux "Sangliers sauvages 1, 2, 3 et 4", les quatre garçons sont "en sécurité", avait expliqué dimanche soir le chef des secouristes thaïlandais, Narongsak Osottanakorn, sans précision sur leur état de santé ou leur identité.

Outre les embûches le long du parcours de plongée, la situation est compliquée par le fait qu'une bonne partie des enfants ne savent pas nager et qu'aucun n'a jamais fait de plongée. Un ancien plongeur de la marine thaïlandaise y a laissé la vie, témoignant de la très grande difficulté de l'entreprise, même pour des professionnels. Le manque d'espace ajoute aussi à la complexité des opérations alors que les sauveteurs doivent placer suffisamment de bouteilles d'oxygène sur le parcours de sortie.

©REUTERS

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés